Ouikili est en vacances du 24 juillet au 10 août. Les expéditions reprendront le 16 août par ordre d’arrivée pour nous laisser le temps de préparer vos commandes personnalisées reçues pendant nos congés ! 

NOUVEAU: Un kit de préparation aux vacances loin de la maison (sans les parents) est expédié pendant les congés ! Profitez d’un prix de lancement tout l’été ! Choisissez entre lettre verte ou lettre suivie sur la page panier. 

Merci pour votre confiance ♡ Bel été à vous ! Cathy Saint Jean, fondatrice.

 

Le coin des parents Archives - Ouikili

Télétravail et enfants : s’organiser pour concilier les deux

Télétravail et enfants à la maison : comment trouver une bonne organisation pour concilier les deux ?

Télétravailler tout en s’occupant de ses enfants est-il une mission impossible ? Que ce soit par choix dû à son activité d’autoentreprise, ou de façon contrainte en période de confinement, dans tous les cas, travailler de la maison tout en s’occupant des enfants n’est pas de tout repos. Mais rien n’est impossible. On vous donne tous nos conseils pour concilier au mieux télétravail et enfants à la maison.

Le télétravail : la nouvelle norme ?

Le télétravail était déjà mis en place dans quelques entreprises pour certains salariés qui souhaitent pouvoir travailler de la maison quelques jours par semaine. Les motivations sont nombreuses, mais l’on retient surtout que ce mode de travail permet d’une part de limiter les temps de trajets de ceux habitant loin de leur lieu de travail, mais aussi que c’est une bonne solution pour ceux qui travaillent en open space et qui sont en quête d’un peu de calme pour travailler.

Depuis 2019, ce mode de travail s’est démocratisé. D’abord par obligation, due au confinement, puis par une nouvelle vague d’expérimentation du télétravail à long terme de la part des entreprises. Il est vrai que le télétravail apporte beaucoup de liberté et de flexibilité.

TélétravailToutefois, les parents sont vite confrontés à la difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale. Surtout lorsque les écoles, crèches ou garderies d’enfants sont fermées. Ce rythme de vie devient alors vite un défi à relever pour les parents. Les jeunes enfants ne comprennent pas pourquoi leurs parents n’ont pas le temps de s’occuper d’eux, et pourquoi leur maison devient soudainement un lieu de travail. De leur côté, les parents sont également rapidement distraits par leur famille et l’ambiance qui règne dans la maison, rendant quasiment impossible le travail à la maison en présence des enfants.

 

Il est alors primordial pour toute la famille de mettre en place des outils clairs et simples pour fixer les limites de chacun et trouver une organisation optimale.

Passer par une phase d’acceptation : un lâcher-prise nécessaire

Avant de trouver l’organisation qui conviendra le mieux à la famille, il est important que chaque parent passe par une phase d’acceptation. Car non, il n’est pas possible d’être à 100 % sur son travail en présence des enfants tout en assurant son statut de parent dans la journée. Il est donc important, surtout en période de confinement avec les enfants à la maison, d’accepter que l’on ne puisse pas assurer la même charge de travail. Ou, qu’elle sera répartie différemment sur la journée (ou la semaine).

Il faut donc lâcher prise et faire preuve de bienveillance envers soi et sa famille. L’une des solutions est de faire des pauses régulièrement pour pouvoir supporter cette double charge que représente le fait de travailler à la maison avec des enfants. Ces deux tâches demandent une grande attention, qui peut être épuisante. Faire des pauses permet de se détendre, de compartimenter son rôle de parent, de salarié et d’être humain (car non, nous ne sommes pas des superhéros) au quotidien, et de pouvoir continuer à travailler efficacement.

Dans l’idéal, accordez-vous une pause loin de votre poste de travail et des enfants, pour profiter de ce temps rien qu’à vous. Il est important de recharger les batteries. Cela permet de relâcher quelques tensions et de pouvoir se concentrer à nouveau sur la tâche suivante qui nous attend.

Télétravail et enfants à la maison : tout miser sur l’efficacité

Nous ne sommes pas des superhéros, et pour s’en sortir, l’efficacité est le maître mot. Mais cela ne veut bien évidemment pas dire qu’il faut se tuer à la tâche et tout assumer à 100 %. L’important est de prioriser les tâches et de reprendre son organisation de travail. Une fois que vous connaissez votre temps de travail disponible, essayez de le rendre le plus efficace possible.

Ma petite organisationOn s’organise et on prend de bonnes habitudes (on laisse de côté les réseaux sociaux et autres sollicitations qui nous font perdre de précieuses minutes). On peut, par exemple, s’aider d’outils simples et gratuits comme Trello pour rassembler les check-lists et le calendrier afin de connaître précisément l’échéance de chaque tâche. Parmi les bonnes habitudes, on essaye également de pointer les tâches chronophages et inutiles que l’on peut soit abandonner, soit automatiser pour gagner du temps au maximum et ainsi devenir un pro de l’efficacité (ou presque, car on fait comme on peut !). Lorsque l’on réalise son planning, on essaye de l’idéal de classer les tâches les plus difficiles au moment le plus calme de la journée (pendant la sieste ou quand on accorde un temps de dessin animé aux enfants).

Le Petit organisateur de vie de Ma Petite organisation est un précieux allié pour concilier vie pro/vie perso 

La méthode Pomodoro

Cela permet de se concentrer sur l’essentiel et de ne pas papillonner en passant d’une tâche à une autre. L’idée est de rester sur une même tâche, sans distraction, pendant plusieurs minutes pour accroître son efficacité. On peut d’ailleurs s’inspirer de la méthode Pomodoro pour cela qui consiste à se concentrer sur une tâche pendant 25 minutes, puis, de prendre une pause de 5 minutes. C’est une méthode très efficace qui peut être une solution lorsque l’on travaille avec des enfants. Par exemple, on propose une activité à l’enfant pendant 25 minutes, puis on prend 5 minutes avec lui pour regarder ce qu’il a fait, lui proposer une nouvelle activité, etc. Cette méthode est bien sûr à adapter et peut être par exemple : 25 minutes de travail et 10 ou 15 minutes de pause, pour garder du temps disponible pour les enfants. L’âge des enfants est également à prendre en compte, car on n’occupe pas de la même façon (et sur une même durée) un enfant de 8 ans et un enfant de 2 ans.

Une nouvelle routine pour concilier télétravail et vie familiale

La première étape (qui est essentielle) est d’expliquer aux enfants ce contexte, qui va bouleverser leurs habitudes. Là encore, la méthode ne sera pas la même en fonction de leur âge. Pour les plus petits, il est important de s’appuyer sur des images, qui sont beaucoup plus parlantes pour eux que des mots. Une communication adaptée à chaque membre de la famille est primordiale. Pour les plus jeunes (et les moins jeunes aussi, quand on veut les rendre autonomes), un semainier pour enfants est une excellente solution pour visualiser les jours de la semaine, et l’organisation de chaque journée. Chez Ouikili, notre tableau magnétique permet d’adapter le planning en fonction de chaque famille, et la bonne nouvelle c’est que le magnet « télétravail » arrive bientôt sur la boutique pour vous aider à expliquer à l’enfant que papa et maman sont à la maison, mais qu’ils travaillent. Placez le magnet jeux, télé, jeux vidéo, ou lecture à côté de sa mascotte, et il saura comment s’occuper pendant que vous travaillez.

Cet outil vous aidera à mettre en place une nouvelle routine familiale compilant plages de travail pour les uns, et activités pour les autres. Ce dispositif a l’avantage de donner un rythme à l’enfant et de s’adapter au mieux à cette nouvelle situation. C’est un bon moyen de les occuper, tout en gardant un rythme similaire à celui de l’école ou de la crèche.

Sur le tableau, n’hésitez pas à proposer un planning heure par heure en mixant les différentes activités. L’enfant ne mettra pas longtemps à se l’approprier et pourra s’y référer en cas de besoin, en toute autonomie (ou presque selon son âge). Pour que l’enfant s’implique, vous pouvez aussi préparer ce planning en famille. La veille, choisissez ensemble les activités qui seront proposées le lendemain. Cela évitera en partie d’éventuelles réticences quand vous proposerez l’activité.

Ce type d’organisation permet d’apporter un peu de rigueur dans son organisation, tout en dégageant du temps disponible pour les enfants et de la productivité sur les plages de travail.

Télétravail avec des enfants : 6 astuces pour une bonne organisation

Pour vous aider à boucler votre planning de travail, et mettre en place la nouvelle organisation de la famille, voici quelques astuces qui vous permettront de concilier sereinement travail et enfants au quotidien.

1. Délimiter son espace de travail dans la maison

L’une des choses les plus importantes est de délimiter son espace de travail dans la maison. Tout comme lorsque vous êtes au bureau, il est important d’avoir un endroit à vous à la maison où vous pourrez vous installer pour travailler en toute tranquillité. Si vous devez travailler dans l’espace de vie de la maison, vous ne serez peut-être pas toujours au calme pour travailler, mais il est tout de même important d’avoir « son coin à soi ». De plus, cela permet à nouveau de matérialiser le fait que vous travaillez aux yeux des enfants : quand papa et maman sont ici, ils travaillent et on ne doit pas les déranger (ou les déranger le moins possible… soyons réalistes surtout si votre enfant a 3 ans).

2. Travailler par roulement avec son conjoint quand cela est possible

TélétravailSi vous êtes deux à travailler à la maison, il est judicieux d’essayer de prévoir un planning par roulement : l’un travaille pendant que l’autre s’occupe des enfants, et inversement. C’est particulièrement recommandé si vous avez un bébé ou des enfants en bas âge, car vous ne pourrez pas les occuper avec des activités à réaliser en autonomie. Les jeunes enfants ont des besoins de soin et d’attention constante, il est donc impossible de s’organiser autrement.

Dans l’idéal, alternez avec votre partenaire de courtes plages de travail pendant lesquelles vous serez concentré et efficace, et des moments avec les enfants. De cette façon, les enfants ne se sentent pas délaissés et vous pouvez tous les deux travailler tranquillement. Attention, cette organisation nécessite une bonne communication avec son employeur et son conjoint pour éviter tout malentendu ou frustration.

3. S’organiser avec de nouveaux horaires de travail

L’avantage du télétravail, c’est que l’on évite de perdre du temps dans les trajets le matin et le soir. Les horaires de travail peuvent donc être adaptés pour coller au mieux à l’organisation de la vie de famille.

C’est ainsi que certains se lèvent plus tôt pour travailler, pendant que les enfants dorment encore. C’est un bon moyen de finir sa journée de travail plus tôt dans la soirée, pour profiter de ce moment avec votre famille.

D’autres travaillent par exemple le matin avant le lever des enfants, pendant le temps de sieste, et enfin un peu le soir. Leur temps de travail est divisé en trois dans la journée, et ils peuvent s’occuper des enfants le reste du temps sans craindre de ne pas avancer sur leurs tâches professionnelles.

Concrètement, on oublie les horaires de bureau traditionnels si l’on a des enfants en bas âge. Vouloir à tout prix les respecter risquerait d’engendrer une pression qui ne serait bénéfique à personne.

4. Occuper les enfants avec des activités pendant que l’on travaille

Magnet peinture OuikiliNous l’avons vu, pour s’assurer de pouvoir travailler efficacement sans être dérangé, mieux vaut prévoir d’occuper les enfants avec des activités. Comme à l’école, n’hésitez pas à organiser votre salon avec différents espaces de jeux : espace de dessin, de lecture, de jeux de société, etc. Si vous devez travailler avec les enfants à la maison sur une longue période, une astuce pratique est de garder de côté certaines activités. Cela permet de varier les occupations, sans risquer que l’enfant s’en désintéresse au bout du troisième jour.

Bien évidemment, les options pour occuper les enfants dépendent de leur âge et de leur degré d’indépendance. Pensez bien à prendre cela en compte lorsque vous établirez votre planning. Il n’y a pas de règle, vous seul savez ce qui intéresse vos enfants, et combien de temps ils sont susceptibles d’être intéressés par l’activité. Les plus grands ont parfois des devoirs qu’ils peuvent faire en autonomie, puis peuvent jouer seuls un temps dans leur chambre.

Une autre astuce avec les jeunes enfants est de leur installer à eux aussi un espace de travail à côté de papa et maman. Donnez-leur de quoi « travailler » et ils seront heureux de faire comme vous. Pour cela, vous pouvez leur donner des feuilles, des crayons, un téléphone ou encore un ordinateur fait maison avec du carton. Cela ne les occupera pas toute la journée, mais c’est un espace de jeu supplémentaire, et une piste à explorer.

5. Se ménager un temps pour soi dans la journée

Si vous voulez « tenir le coup » sur la durée, il est primordial de vous accorder un temps « juste pour vous » dans la journée. On le sait, c’est souvent plus facile à dire qu’à faire, mais dans l’idéal essayez de planifier votre journée en intégrant ce moment.

Cette parenthèse est un peu une question de survie, compte tenu de l’ensemble des tâches et des casquettes que vous devrez revêtir chaque jour. Cette soupape vous permettra de recharger les batteries et de conserver votre patience envers vos enfants et/ou votre conjoint tout en restant le plus productif possible pour votre activité professionnelle.

6. Préparer les repas à l’avance

Magnet cuisine OuikiliPour gagner du temps, vous pouvez également faire vos courses une fois par semaine et préparer plusieurs repas à l’avance : le fameux batch cooking, qui prend tout son sens lorsque l’on cherche à gagner du temps et à être efficace ! Cuisiner le dimanche pour les premiers jours de la semaine vous aidera à être plus zen sur cette période en vous enlevant une tâche supplémentaire à effectuer dans la journée.

 

 

 

Bien entendu, télétravailler ne signifie pas être disponible 24 h/24 et 7 jours/7 pour son employeur. Le soir et le week-end, on éteint ordinateur et téléphone pour s’accorder du temps en famille. Et surtout, n’oubliez pas, tout ne sera pas parfait. Mais ne culpabilisez pas, chacun fait du mieux qu’il peut. Essayez de fermer les yeux sur les choses non faites, ou non respectées dans le planning, qui sont insignifiantes une fois avoir pris du recul. Laissez-vous une marge de manœuvre, un temps de télévision plus long, ou un coucher un peu plus tardif des enfants n’est pas dramatique s’ils permettent d’ôter un peu de stress accumulé dans la journée. Pour vous, comme pour les enfants.

 

 

 

 

Lire la suite

Compte-dodos de Noël à imprimer !

Un compte-dodos de Noël pour aider les enfants à compter les dodos jusqu’au jour tant attendu ! Parce que 24 dodos avant Noël, c’est beaucoup !

Pas question de remplacer le traditionnel calendrier de l’avent, ah non ! On aime tant ouvrir des fenêtres et découvrir un chocolat ou une surprise chaque jour 😉

Cette année, ce petit compte-dodos servira surtout aux enfants à visualiser le nombre de dodos qu’il reste avant Noël. On reprend donc les couleurs de la semaine Ouikili pour les aider à se repérer plus facilement dans le mois. Ainsi chaque semaine débute par un lundi bleu et se termine par un dimanche violet et on barre les dodos au jour le jour !

Chez nous, le compte-dodos sera sur le frigo, et chez vous ?

Vous pouvez télécharger le document au format Pdf ici : Compte-dodos de Noel Ouikili 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

En mai, fais ce qu’il te plaît (ou comme tu peux…)

En mai, « Fais ce qu’il te plaît » ou « Fais comme tu peux ». 

Le mois de mai est arrivé et avec lui les nombreux ponts, les jours fériés, les mini-vacances et pour certains aussi, les galères de garde…  Alors, ce mois-ci je vous propose un planning à télécharger :  Planning Mai 2018 Ouikili et un petit point sur les dates clés et les magnets utiles sur vos calendriers !

L’été approche, il va falloir modifier la routine des enfants, alors n’oubliez pas de vous organiser avec Ouikili 😉

Je vous souhaite de profiter de bons moments en famille !

 

 

Lire la suite

La garde partagée expliquée aux enfants

Vendredi, jour de week-end. Mais pour des milliers d’enfants, le vendredi est aussi le jour du changement de maison ! Ils retrouvent papa ou maman pour le week-end. Garde alternée, garde partagée, des mots un peu compliqué pour des enfants. Rassurez-vous, des solutions existent pour les aider à comprendre leur nouvelle vie.

 

Parents divorcés, séparés et parents solos, vous êtes nombreux à me contacter car vous êtes à la recherche d’une solution simple et ludique pour expliquer à vos enfants le planning de la garde partagée.

Dans tous vos messages, le même constat.

« Il va bien, on a beaucoup parlé et on lui a bien expliqué. Tout se passe bien mais on réalise qu’il est complétement perdu ! Il ne sait pas quand il dort chez son père ou chez moi »

Ou encore

« Nous sommes en garde alternée, ma fille vit une semaine chez sa mère et une semaine chez moi. Nous n’habitons pas loin et ses habitudes n’ont pas changé. Pourtant, elle est perdue… et nous souhaitons l’aider »

Cet article n’est donc pas destiné à vous donner des chiffres sur le divorce, ni à vous donner des conseils sur la manière de réussir « une bonne séparation ». Mais pour les parents qui en auraient besoin, vous trouverez en bas de page des liens vers des articles qui peuvent vous être utiles.

Cet article a pour but de vous apporter une solution pratique pour accompagner votre enfant dans la mise en place de sa nouvelle vie avec ses deux maisons.

Procédons par étapes

1. Rassurer l’enfant et le couvrir de vos mots d’amour…

Vous avez à cœur de protéger votre enfant des problèmes des adultes, de le couvrir de votre amour et de le rassurer : « papa et maman t’aiment de tout leur cœur, et même s’ils ne vivent plus dans la même maison, ça ne change rien à tout l’amour que nous avons pour toi. Maman t’aime très fort. Papa t’aime très fort aussi »

De nombreux livres pour enfant sur le thème de la séparation peuvent vous aider à trouver les bons mots, expliquer le bouleversement qui se prépare et calmer les angoisses qui seront inévitables (même temporairement).

Pour information,  la sélection du magazine Parents et la sélection de Avis de Mamans

 

2. « Tu vas avoir 2 maisons » : mettre des images sur les mots

Il est conseillé de parler de la séparation à l’enfant au moins 3 semaines avant la mise en place de sa nouvelle vie chez papa et chez maman. On le sait, les tout-petits n’ont pas la notion du temps, et il faudra quelques semaines pour le préparer à la séparation réelle.

Les images aident les enfants à comprendre les mots, vous pouvez donc utiliser les maisons de couleurs différentes pour expliquer à votre enfant que, bientôt, il aura 2 maisons :

« la maison rose est TA maison chez maman, la maison verte est aussi TA maison chez papa »

En fonction de votre situation, vous pouvez expliquer à votre enfant qu’il aura donc 2 chambres (ou un espace qui ne sera qu’à lui). Pourquoi ne pas lui proposer de choisir la décoration de sa nouvelle chambre et de le laisser participer à l’aménagement de son nouvel espace ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3. Laisser parler les émotions

Des questions risquent de fuser… et son camion de pompier et ses playmobil et sa peluche préférée ?  et ses poupées, et sa poussette et sa cuisine ? Comment je vais faire pour jouer quand je serai chez papa ?

Les jouets sont son univers, il est possible que ses inquiétudes liées à la séparation et à la perte de ses repères se traduisent par des inquiétudes purement matérielles. Rassurez-le. Proposez-lui des solutions (en fonction de vos moyens et des solutions trouvées avec votre ex-conjoint), ou demandez-lui ce qu’il aimerait emporter avec lui dans sa nouvelle maison.

Les enfants ont parfois bien du mal à exprimer leurs émotions avec des mots et n’osent pas poser les questions qui les préoccupent vraiment… Vous pouvez proposer les magnets des émotions pour lui demander comment il se sent. Et en lui expliquant la nouvelle routine, anticiper ses craintes liées à la routine du soir…

 

4. La nouvelle routine

Garde partagée ou garde alternée sont des concepts bien trop difficiles à expliquer à un enfant. C’est pourquoi un support visuel peut vous permettre d’expliquer à votre enfant sa nouvelle routine en fonction du mode de garde que vous aurez choisi.

L’important est de rassurer l’enfant. Sa routine ne change pas. Il ne change pas d’école, il va toujours à la cantine ou à la garderie. Mais il va peut-être dormir 3 dodos chez mamans, puis 3 dodos chez papa ; ou dormir chez maman toute la semaine, et voir papa le week-end.

 

Vous avez chacun votre manière de vous appropriez le calendrier, adaptez-le à votre situation et mettez des mots sur les images !

 

Garde alternée

 

5. Et papa ? Et maman ? Il/elle va être tout(e) seul(e) quand je serai pas là ?

C’est une question que votre enfant est susceptible de vous poser, ou qu’il n’osera pas vous poser… mais de la même manière que les séparations de la journée peuvent être difficiles à l’entrée à l’école, votre enfant aura peut-être besoin de savoir ce que vous ferez quand il ne sera pas là…

Soyons honnêtes, les premières séparations (les premières semaines ou les premiers week-ends sans les enfants) vont être un crève-cœur pour vous. Si votre enfant s’inquiète de vous savoir seul(e), il faudra rassembler votre courage pour le rassurer sur votre situation. Dites-lui simplement ce que vous ferez en son absence, vous allez travailler, peut-être faire du sport, et voir vos amies. Tout ira bien. Il va vous manquez, vous penserez à lui à chaque instant. Mais il faut le libérer de cette angoisse de vous savoir seul(e)… il va voir papa ou maman cette semaine, et ça va être très chouette !

N’oubliez jamais que vous êtes de super-parents !

 

N’hésitez pas à partager votre vécu et vos conseils avec les autres parents 😉

 

Cathy Saint Jean

 

 

Liens utiles

Comment annoncer la séparation aux enfants

Qui peut mieux vous parler de séparation qu’une maman qui a vécu la même expérience ?

Je vous recommande donc vivement la lecture des articles de La Nouvelle Maman Solo dont cet article qui vous sera très utile pour parler de votre séparation à votre enfant.

9 erreurs à éviter pour protéger son enfant quand on se sépare

Le blog des parents séparés, by Coot

Je vous recommande également les articles du blog de l’application Coot, qui vous permet de vous organiser sereinement au quotidien.

Comment-les-enfants-protegent-leur-parents-suite-a-leur-separation/

 

 

Lire la suite

La première inscription à l’école maternelle

 

Votre enfant n’a pas encore soufflé sa 3ème bougie qu’il faut déjà penser sa première inscription à l’école maternelle… quelle étape pour les parents ! Si ce n’est pas déjà fait, il est donc temps de penser à inscrire vos enfants pour la prochaine rentrée de septembre 2018…

Pour vous accompagner, voici les grandes étapes par lesquelles vous devrez passer. Courage les parents !

 

 

 

Pour plus d’information : http://www.education.gouv.fr/cid161/l-inscription-a-l-ecole-maternelle.html

Pour connaitre les dates de première inscription à la maternelle dans votre commune, contactez votre mairie.

Et pour préparer vos enfants au changement de rythme, Ouikili sera là pour vous aider cet été ! 

 

 

 

Lire la suite

Question de parents : Comment utiliser le calendrier avec les enfants ?

« Pensez-vous que je dois mettre les magnets moi-même sur le calendrier et expliquer ensuite le planning à mon fils, ou le laisser faire tout seul ? »

Voilà une question qui m’a été posée dernièrement et qui m’a amené à vous proposer cet article sur l’utilisation du calendrier avec les enfants. Comme toujours chez Ouikili, la réponse dépend évidemment du fonctionnement de chaque famille et de l’âge de l’enfant. Mais, je vous donne quelques pistes…

•••••••

Le contexte

La maman qui m’a posée la question du jour se demandait comment utiliser le planning avec son fils de 4 ans.

Le petit garçon est un peu perdu avec son nouveau rythme depuis que sa maman a retrouvé un travail. Cela faisait des mois qu’elle s’occupait de lui à temps plein pendant sa période de chômage, il n’y avait donc pas de problème de routine puisque maman venait le chercher à l’école tous les jours.

Mais aujourd’hui, ce petit bonhomme doit apprendre les jours de cantine, de garderie, et ceux où maman est à la maison. Pas facile de s’y retrouver. Ses journées sont rallongées et c’est un bouleversement pour lui. Son comportement a changé, il y a plus de pleurs, plus de fatigue et beaucoup de questions !

Sa maman, qui avait vu le reportage sur Ouikili diffusé dans le 12.45 de M6 en octobre dernier, m’a contacté pour avoir quelques conseils.

« Je vous ai vu mettre vous-même les magnets sur le calendrier. Est-ce que je dois le faire à la place de mon fils ? comment je peux le rassurer ? »

Expliquer. Rassurer. Accompagner les enfants vers l’autonomie.

Procédons par étape.

La première découverte du calendrier se fait en famille bien sûr !

Qu’est-ce que c’est que ce tableau et comment ça marche ? C’est un objet un peu surprenant qu’il faut un peu apprivoiser. Alors, quel que soit l’âge de l’enfant, ce sont les parents qui expliquent le fonctionnement du planning. Les premiers temps, on les accompagne pour poser les magnets correspondant à la routine du jour ou de la semaine. On pose des mots sur les images, on les laisse découvrir. Et très vite, les enfants se l’approprient !

Oui mais ensuite ?

Un temps d’échange parents-enfants

Quand ils n’ont aucune notion du temps, et qu’on laisse les enfants face au calendrier, voilà ce que ça peut donner….

Comme le calendrier est avant tout un outil pour expliquer le planning de la semaine à nos enfants, je conseille de faire de ce moment un temps d’échange entre parents et enfants.

Le but du calendrier est justement d’expliquer aux enfants – qui sont trop petits pour comprendre seul – les événements importants de leurs routines et ceux qui changent d’une semaine sur l’autre. On fait AVEC eux. On leur propose les magnets, on leur montre où les placer et pourquoi, et on les laisse manipuler seul. C’est la répétition de ce rituel qui permettra à l’enfant d’intégrer sa routine.

 

A quelle fréquence ?

Le dimanche soir pour la semaine qui arrive ? chaque soir avant le coucher ? le matin ? Chaque famille trouvera son moment idéal !

Cependant, il arrive que les enfants n’aient pas envie, ou pas besoin de parler du planning. Ce n’est pas grave ! C’est peut-être le signe que la routine est intégrée ou qu’il n’y aucune angoisse cette semaine. Tant mieux !

Chez nous, Ma Nounette est plutôt cool face aux événements, elle n’a pas besoin du calendrier chaque semaine. En revanche, elle aime bien s’y référer ponctuellement, surtout quand il y a des événements spéciaux. Dans ce cas, je le prépare moi-même, et quand viennent les questions, on va voir le calendrier.

Quand la routine est intégrée, l’autonomie s’installe

Progressivement, il ne sera plus nécessaire de montrer les magnets à utiliser ou de les mettre nous-mêmes. Il suffira par exemple de dire que « demain, après ce dodo, tu vas à la cantine et quand c’est l’heure des papas et des mamans, tu iras à la garderie. C’est papa qui viendra te chercher », ou « dans 2 dodos, tu vas dormir chez mamie et papi ».

Votre enfant mettra lui-même les magnets en place et apprendra enchaînement des événements d’une journée. Vous serez surpris de voir comme les enfants comprennent vite !

En grandissant, plutôt à partir de la grande section (mais là encore, tout dépend de l’enfant !), les enfants utiliseront le calendrier en autonomie. Quand un événement change dans la semaine, il suffit de dire « jeudi, on va chez le docteur après l’école ».

Respecter la logique de l’enfant

Notre façon de penser n’est peut-être pas celle de nos enfants… le calendrier fait par les parents ne ressemblent pas toujours à celui fait par les enfants ! Je vous propose par exemple celui de mon fils. A première vue, on pense que papa et maman sont séparés, mais selon lui, le fait de mettre les magnets de papa le week-end correspond au moment de la semaine où il passe le plus de temps avec lui. C’est vrai… Je ne voyais pas les choses comme ça, mais c’est c’est sa façon de l’exprimer.

N’oublions pas que le calendrier est à eux et doit permettre de les aider alors respectons leur logique ?

 

Je serai curieuse d’en savoir plus sur votre propre utilisation du calendrier en famille, vous avez peut être une autre méthode ? N’hésitez pas à la partager avec les autres parents 😉

A bientôt !

Cathy Laure

 

 

Lire la suite

Quelle place pour les grands-parents dans les modes de garde ?

Ils sont plus de 15 millions en France et présents dans la majorité de vos commandes, les grands-parents occupent une belle place dans la vie de vos enfants ! Garde quotidienne, aide ponctuelle ou renfort de garde en cas d’urgence, quelle est vraiment la place des grands-parents dans les modes de garde en France, et chez nos voisins européens ?

On va chez papy et mamie, un peu, beaucoup, souvent ?

En France, on devient mamie en moyenne vers 54 ans, et papy vers 56 ans, ce qui signifie que bien souvent, les grands-parents sont encore au travail quand les premiers petits-enfants pointent le bout de leur nez. Et si ce n’est pas le cas, ils sont en pleine découverte de leur nouvelle vie de retraités, une vie parfois si remplie qu’il est difficile de suivre leurs plannings !

Et pourtant, ils sont plus de 50% à garder leurs petit-enfants régulièrement ou ponctuellement.

Grève de cantine ou de crèche, maîtresse absente et non remplacée, fièvre du matin le jour de votre réunion super importante, etc. en cas d’urgence, une majorité de grands-parents répond présent pour nous donner un coup de main.

La dernière grande étude Share sur la grand-parentalité date de 2011 et révèle que dans les 12 pays Européens étudiés, 40% des grands-parents gardent leur petit-enfants régulièrement et 11% le font tous les jours pour permettre aux parents de conserver un travail à temps plein.

La garde quotidienne 

En France, le chiffre tombe à 7% de grands-parents qui gardent quotidiennement leurs petit-enfants.

Si cela vous semble faible, la raison se trouve dans nos politiques familiales. En France, comme dans certains pays scandinave (Suède et Danemark), l’Etat couvre encore une grande partie des frais liés à la garde des enfants et les parents ont accès à de nombreuses structures de garde pour conserver un travail à temps plein.  Crèches, structures d’accueil de jeunes enfants, assistantes maternelles, garde à domicile, et l’école maternelle tout simplement, les solutions existent et les parents ont moins besoin des grands-parents pour assurer la garde quotidienne des enfants.

Si on jette un coup d’œil à la situation de nos voisins européens, la situation est encore compliquée que la nôtre… En Europe du Sud et en Europe de l’Est, les parents aussi travaillent à temps plein, mais les prestations familiales sont faibles et les structures de garde insuffisantes (voire inexistantes), alors sans surprise, on apprend que dans ces pays, les mamies prennent le relais pour garder les enfants (30% en Roumanie, 22% en Italie et 17% en Espagne). En Allemagne et au Royaume-Uni, les mères sont plus incitées au travail à temps partiel, et comme les structure de garde sont surtout privées, les grands-parents sont moins sollicités pour la garde quotidienne des enfants.

L’étude montre également que si les grands-parents gardent leurs petits-enfants sans la présence des parents, ce sont surtout les mamies qui assurent la garde quotidienne des tout-petits, mais nous connaissons des papis qui font ça très bien aussi 😉 et – sans surprise – plus elles sont jeunes, plus elles leur consacrent du temps.

Et pendant les vacances ?

Avec des vacances scolaires qui reviennent toutes les 6 à 8 semaines, la question des vacances avec mamies et papys se posent pour de nombreux parents, mais le choix de ce mode de garde semble très rare pour les enfants de moins de 5 ans.

En 2011, 19% des enfants âgés de 5 à 19 ans partaient en vacances avec ou chez les grands-parents, et le chiffre passe à 24% pour les 8-10 ans. (Source Senior Sphère Conseil).

Alors Ouikili s’interroge !

Comment ça se passe chez vous ?

Quelle est la place des grands-parents dans vos modes de garde ?

Et est-ce que vos enfants partent en vacances seuls chez papy et mamie ?

 

Lire la suite

Le planning de l’Automne !

C’est l’automne ! Plusieurs événements importants se profilent ces 3 prochains mois… Pour vous aider à y voir plus clair, on vous a préparé un récapitulatif des événements spéciaux de la saison.

 

Le 22 septembre : c’est l’automne.

La fraîcheur s’installe, les enfants adorent changer de saison. L’automne est la saison des marrons dans les poches des enfants et des balades en forêt. Ce sera aussi l’occasion de nouveaux projets de classe autour de cette saison. Chansons, arts visuels, les cahiers de vos enfants seront colorés de marron, de jaune et d’orange !

 

Le 1er octobre : la fête des grands-pères

Depuis 2008, on célèbre les grands-pères le 1er dimanche du mois d’octobre. Un bisou, un câlin, un dessin ou un appel, il suffit de pas grand-chose pour dire « je t’aime » à papy ?

Du 21 octobre au 6 novembre : les vacances scolaires !

A peine la rentrée passée, les premières vacances scolaires arrivent vite… Dans 1 mois déjà, il faudra s’organiser pour les vacances de la Toussaint. Oui, on a encore le temps ! Mais on garde l’échéance dans un coin de nos têtes et on commence à réfléchir aux modes de garde des vacances. On a aussi une pensée solidaire pour tous les parents dont les enfants ont fait leur première rentrée à la maternelle cette année, et qui expérimentent pour la première fois l’organisation des vacances scolaires toutes les 6 à 8 semaines…. Et si vous voulez un peu plus de pression, faites un tour sur le site de l’Education Nationale, vous y trouverez un compteur fou qui fait tic-tac comme la montre du lapin d’Alice au pays des Merveilles !

Le 28 octobre : Passage à l’heure d’hiver

Dans la nuit du 28 au 29 octobre, à 3h du matin, il sera 2h. En théorie, le passage à l’heure d’hiver est le changement d’heure préféré des parents puisque on gagne une heure de sommeil ! Et quand on est parent, dormir : ça n’a pas de prix.

En pratique, si votre enfant est un lève tôt et vous réveille à 6h30 tous les week-ends, il sera 5h30… psychologiquement, c’est un peu dur, mais gardez à l’esprit que vous avez dormi jusqu’à 6h30 comme d’habitude ?

Certains enfants s’acclimatent rapidement à manger plus tôt et aller se coucher plus tôt, pour d’autres il faut 2 ou 3 jours d’adaptation. Mais avec la fatigue de l’école et la nuit qui tombe vite, les enfants prennent le rythme facilement.

 

Le 31 octobre : Halloween

Halloween est une fête païenne de plus en plus populaire en France. Pour ou contre, chaque famille décidera ou non de la fêter, mais il est difficile de passer à côté ! Citrouille, sorcières et vampires, Halloween est un peu effrayant pour les enfants de maternelle, alors pour les tout-petits qui veulent faire comme les grands frères et les grandes sœurs, Halloween est une super occasion de se déguiser en princesse ou en cow-boy et de manger des bonbons ! Et puis, on peut adoucir le côté effrayant avec des activités autour de la citrouille.

 

Le 1er novembre : la Toussaint – jour férié en famille

On commence le 1er jour de novembre par un jour férié ! Les laïcs profiteront de ce jour de repos en famille en milieu de semaine. Les catholiques célébreront tous les Saints, y compris ceux qui ne sont pas sur le calendrier. La Toussaint est un jour de prière et de recueillement pour les défunts de la famille.

Novembre : l’arrivée des premiers catalogues de jouets

N’avez-vous rien remarqué ces dernières années ? Dès les vacances de la Toussaint, vos petits vont recevoir les premiers catalogues de jouets… les grandes enseignes se préparent à l’événement majeur de l’année, et ce n’est pas pour faciliter nos vies de parents ! Gérer l’impatience des tout-petits jusqu’à Noël sera donc votre mission du mois de Novembre.

On commence les préparatifs de Noël :

★ Le calendrier de l’avent : Pour ceux qui fabriquent eux-mêmes le calendrier de l’avent, c’est en novembre que l’on commence à prendre des idées et à anticiper le bricolage. Pour ceux qui l’achètent, il faudra penser à ne pas attendre le 30 novembre, au risque de ne plus trouver LE calendrier préféré de vos bambins ?

★ Les premiers achats de Noël : Vos enfants ont déjà entouré ou mis une croix sur la moitié des pages du catalogue ? il est temps de se pencher sérieusement sur les achats de Noël au risque de ne plus trouver LE cadeau que tous les enfants vont s’arracher. Alors, on anticipe les cadeaux !

★ Le 24 novembre : Black-Friday. En France, on profite désormais de cette tradition américaine. Le 24 novembre sera un jour de promotion dans de nombreuses enseignes !

 

Le 1er décembre : on ouvre la première fenêtre du calendrier de l’avent et on commence à compter les dodos jusqu’à Noël ! Un mois d’excitation en perspective mais soyons honnête, on adore ça 😉

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
Ma boîte à magnets