Quelle place pour les grands-parents dans les modes de garde ?

Ils sont plus de 15 millions en France et présents dans la majorité de vos commandes, les grands-parents occupent une belle place dans la vie de vos enfants ! Garde quotidienne, aide ponctuelle ou renfort de garde en cas d’urgence, quelle est vraiment la place des grands-parents dans les modes de garde en France, et chez nos voisins européens ?

On va chez papy et mamie, un peu, beaucoup, souvent ?

En France, on devient mamie en moyenne vers 54 ans, et papy vers 56 ans, ce qui signifie que bien souvent, les grands-parents sont encore au travail quand les premiers petits-enfants pointent le bout de leur nez. Et si ce n’est pas le cas, ils sont en pleine découverte de leur nouvelle vie de retraités, une vie parfois si remplie qu’il est difficile de suivre leurs plannings !

Et pourtant, ils sont plus de 50% à garder leurs petit-enfants régulièrement ou ponctuellement.

Grève de cantine ou de crèche, maîtresse absente et non remplacée, fièvre du matin le jour de votre réunion super importante, etc. en cas d’urgence, une majorité de grands-parents répond présent pour nous donner un coup de main.

La dernière grande étude Share sur la grand-parentalité date de 2011 et révèle que dans les 12 pays Européens étudiés, 40% des grands-parents gardent leur petit-enfants régulièrement et 11% le font tous les jours pour permettre aux parents de conserver un travail à temps plein.

La garde quotidienne 

En France, le chiffre tombe à 7% de grands-parents qui gardent quotidiennement leurs petit-enfants.

Si cela vous semble faible, la raison se trouve dans nos politiques familiales. En France, comme dans certains pays scandinave (Suède et Danemark), l’Etat couvre encore une grande partie des frais liés à la garde des enfants et les parents ont accès à de nombreuses structures de garde pour conserver un travail à temps plein.  Crèches, structures d’accueil de jeunes enfants, assistantes maternelles, garde à domicile, et l’école maternelle tout simplement, les solutions existent et les parents ont moins besoin des grands-parents pour assurer la garde quotidienne des enfants.

Si on jette un coup d’œil à la situation de nos voisins européens, la situation est encore compliquée que la nôtre… En Europe du Sud et en Europe de l’Est, les parents aussi travaillent à temps plein, mais les prestations familiales sont faibles et les structures de garde insuffisantes (voire inexistantes), alors sans surprise, on apprend que dans ces pays, les mamies prennent le relais pour garder les enfants (30% en Roumanie, 22% en Italie et 17% en Espagne). En Allemagne et au Royaume-Uni, les mères sont plus incitées au travail à temps partiel, et comme les structure de garde sont surtout privées, les grands-parents sont moins sollicités pour la garde quotidienne des enfants.

L’étude montre également que si les grands-parents gardent leurs petits-enfants sans la présence des parents, ce sont surtout les mamies qui assurent la garde quotidienne des tout-petits, mais nous connaissons des papis qui font ça très bien aussi 😉 et – sans surprise – plus elles sont jeunes, plus elles leur consacrent du temps.

Et pendant les vacances ?

Avec des vacances scolaires qui reviennent toutes les 6 à 8 semaines, la question des vacances avec mamies et papys se posent pour de nombreux parents, mais le choix de ce mode de garde semble très rare pour les enfants de moins de 5 ans.

En 2011, 19% des enfants âgés de 5 à 19 ans partaient en vacances avec ou chez les grands-parents, et le chiffre passe à 24% pour les 8-10 ans. (Source Senior Sphère Conseil).

Alors Ouikili s’interroge !

Comment ça se passe chez vous ?

Quelle est la place des grands-parents dans vos modes de garde ?

Et est-ce que vos enfants partent en vacances seuls chez papy et mamie ?

 

Lire la suite

Bonjour 2018 !

Meilleurs vœux

à tous les super-parents et les super-enfants 🌟

 

Ouikili vous souhaite une merveilleuse année remplie de bonheur en famille ❤️️

Cette année, vos enfants seront encore impatients, surexcités et heureux dans l’attente de nombreux événements.

Cette année, vous entendrez encore

« C’est dans combien de dodos ? »

« C’est trop long d’attendre ! »

« C’est demain ? c’est à midi ? c’est aujourd’hui que…? »

Cette année, vos enfants seront curieux, drôles, inventifs, attendrissants.

Cette année, vos enfants grandiront mais resteront vos bébés.

Et cette année, Ouikili sera à vos côtés pour vous aider à les faire se sentir grands !

★★★

2017 a été une année riche en émotions. Créer une entreprise, développer un produit et vous le faire découvrir.

Remplir vos boites à magnets.

Etre heureuse de réaliser qu’aucune commande ne se ressemble !

Voir partir le calendrier imaginé pour vous dans d’autres maisons.

Voir des enfants découvrir cet objet spécial et les voir heureux de faire comme les grands.

Recevoir tant de beaux messages de la part des parents.

Se nourrir de vos remerciements pour avancer.

Je vous remercie de votre soutien ❤

★★★

En 2018, de nouvelles illustrations devraient compléter le catalogue, et j’ai encore tant d’idées pour Ouikili !

Cette année, plus que jamais, chaque commande sera importante pour continuer l’aventure.

Continuez à nous envoyer des messages et des photos, à commenter, à nous suivre sur les réseaux sociaux,

et à parler de Ouikili autour de vous.

Vous êtes nos meilleurs ambassadeurs !

Nos échanges virtuels me sont précieux et m’aident pour vous proposer un produit qui VOUS ressemble.

En 2018, continuons à compter les dodos ensemble !

Très belle année super-parents.

Cathy Saint Jean

Fondatrice de Ouikili

Lire la suite

Quelle semaine !

Il y a des semaines qui s’enchaînent et se ressemblent : c’est la routine. Et le calendrier semble moins utile durant ces semaines puisque la routine est intégrée et le calendrier de la semaine ne change pas. Et puis il y a des semaines comme celle-ci où trop d’événements se superposent, et c’est panique à bord ! « C’est demain que … ? » « C’est aujourd’hui ? »

Gérer les impatiences et l’attente, c’est à cela que sert Ouikili, et cette semaine, les enfants ont réclamé qu’on « fasse le calendrier ».

 

Chez nous, comme chez vous, avoir 2 enfants, c’est gérer les situations différemment selon leur caractère et leur personnalité.

Comme vous le savez, c’est la personnalité de mon Grand Garçon qui est à l’origine de Ouikili.

Il aura 7 ans dans 1 mois et encore aujourd’hui, il a besoin du « programme ». Evidemment, il sait se repérer dans le temps, il sait très bien ce que signifie « dans 3 jours », « la semaine prochaine », et même maintenant dans 4 semaines, mais il faut qu’il se prépare à l’avance aux événements. C’est ainsi. Nous nous sommes adaptés depuis très longtemps et il est devenu naturel d’anticiper les changements, dès que cela est possible (et ce n’est pas toujours le cas !).

A l’inverse, Ma Nounette est plus « flexible », elle s’adapte très facilement aux changements de routine. Et d’ailleurs, elle adore ça ! Mais elle n’a que 3 ans et demi, alors son frère s’agace quand il essaye de lui faire comprendre qu’ils vont dormir chez papy et mamie samedi soir. « Elle comprend rien ! » – Non, elle ne comprend rien. Elle n’a même pas 4 ans. Alors pour elle, samedi, c’est demain ?

Nous avons donc « fait le calendrier » et quelle semaine ! Trop d’informations, trop d’événements ! Je vous laisse juger…

En version détaillée, ça donne ça :

 

Les maisons

Vous êtes nombreux à me demander comment faire quand les personnages des grand-parents ne ressemblent pas aux vôtres. Cette semaine, j’ai donc utilisé les différentes couleurs de maisons pour différencier notre maison, et celles des grands-parents. Un enfant a un très fort pouvoir d’adaptation et d’imagination. Si vous décidez avec lui que la maison rose est celle de papy R. et que la maison verte est celle de mamie L., il l’intégrera facilement 😉

 

 

 

 

 

 

 

Les dodos

Cette semaine, Papa s’absente 1 dodo pour le travail, et les enfants vont dormir 1 dodo chez leurs grands-parents.

Pour bien visualiser les dodos d’absences, je ne mets sur le calendrier que le dodo du mercredi pour bien expliquer à Ma Nounette que papa ne part qu’un seul dodo, et je renouvelle pour LE dodo dans la maison verte samedi soir.

Sur le calendrier ne s’affiche donc que les événements spéciaux.

 

 

 

 

 

 

 

Noël

Il arrive ! Noël approche et nous allons enfin commencer le décompte des dodos jusqu’au jour merveilleux !

Hasard du calendrier, cette semaine, en plus de tout le reste, vendredi sera le 1er décembre jour de l’ouverture de la première fenêtre du calendrier de l’avent. Et ça, c’est un sacré événement pour les enfants ! L’excitation monte 🙂

Et comme si cela ne suffisait pas, la neige est annoncée en région Rhône-Alpes….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous le dis, c’est une sacrée semaine qui s’annonce !

 

Lire la suite

MOT D’ENFANT

 

Les enfants ont leurs propres mots pour exprimer la notion du temps et on adore ! On partage avec vous la pépite du week-end. Ça vous parle ?

Samedi, début d’après-midi.

Ma Nounette refuse de faire la sieste (c’est l’effet grand frère).

C’est le moment du « temps calme ». Chacun joue tranquillement. La maison est presque calme.

Ma nounette vient me voir une première fois :

– Mamaaaaan ? Je peux avoir des smarties ?

Nous sortons de table, elle a eu un dessert au chocolat pour le dessert (je ne suis pas un tyran hein !), je lui réponds :

– Non, on vient juste de finir de manger, ce n’est pas l’heure des bonbons.

Soufflement. Elle repart.

6 min 24 se passent. Elle revient.

– Et maintenant ? je peux avoir des smarties ? »

Oui, cet enfant est têtue.

– Non, je te l’ai dit, ce n’est pas l’heure. Tout à l’heure.

Prononçant ces mots, je me dis que je passe mes journées à expliquer que les enfants n’ont AUCUNE notion du temps, et pourtant, je viens de prononcer le mot « tout à l’heure ». Erreur.

2 min 36 plus tard.

– C’est maintenant tout à l’heure ?

Prévisible.

– Non, ce n’est pas maintenant. Tu attends encore et je te dirais quand c’est le moment des bonbons.

Soufflement.

Tapage de pied.

Et soudain :

– Mais maman ! C’est trop long de attendre !!

Oui, vraiment, c’est trop long de attendre 🙂

Tout ça pour des Smarties…

Je vous laisse imaginer ce que nous réserve le mois de décembre. J’ai hâte !

Ca vous parle ?

Je suis certaine que vos enfants ont plein de petites phrases rigolotes ! Racontez-nous !

 

Lire la suite

Les rituels à l’école, ou l’apprentissage de la notion de succession.

En Petite Section de maternelle, pas facile de savoir ce que nos enfants font de leur journée. Après un mois d’école, Ouikili fait un premier bilan sur l’apprentissage du temps pour les tout-petits.

A la question : « Qu’est-ce que tu as fait à l’école aujourd’hui ? ».

Au pire, on obtient des « Ze sais pas », « Ze me rappelle plus… » ou un simple haussement d’épaule qui renvoie aux deux phrases précédentes.

Au mieux, on obtient des « Z’ai joué » et parfois même des détails croustillants : « Z’ai fait de la peinture » ou de la pâte à modeler, un dessin, etc.

En réalité, les enfants ont commencé les apprentissages sans même sans rendre compte !

La mise en place d’activités ritualisées

Les premières semaines d’école doivent permettre aux enfants de s’adapter à leur nouvel environnement et de comprendre le fonctionnement de l’école. Pour cela, les maîtres et les maîtresses mettent en place ce qu’ils appellent des activités ritualisées, ou activités repères.

La liste n’est pas exhaustive, mais il y a entre autres l’accueil du matin, l’étiquette de présence, le repérage de son nom sur l’étiquette, l’atelier du jour, le passage aux toilettes, la recréation, les histoire et comptine, l’attente de l’heure des papas et des mamans, le repas, la sieste, l’atelier de l’après-midi, et à nouveau l’attente de l’heure des papas et des mamans.

Chaque jour, la même routine se répète dans la classe autour des mêmes activités. Ces rituels ont chacun un objectif pédagogique : le vivre-ensemble, le développement du langage, la motricité, et l’apprentissage du temps bien sûr !

Repérer les moments de la journée, ou l’initiation à la notion de succession.

La répétition des activités permet aux enfants de repérer les moments clés de la journée et de percevoir la succession des événements.

Nous le savons, les tout-petits ne se repèrent pas dans le temps naturellement. Lorsqu’ils vont à l’école, ils ne connaissent que le temps de l’attente (l’attente de papa et maman, l’attente de la récré, etc.). Pour leur permettre de comprendre et d’organiser les événements les uns par rapport aux autres, il faut illustrer le temps par des « temps vécus ».

C’est pourquoi, en classe, les maîtresses utilisent des frises horizontales avec des photos pour illustrer les moments clés de la journée, et s’y réfèrent tout au long de la journée pour permettre aux enfants de se situer dans le temps.

Voici un petit exemple. Vous remarquerez certainement une frise de ce genre dans la classe de votre enfant.

Les objectifs pédagogiques

Chaque support utilisé en classe a un objectif pédagogique. Et oui, les maîtresses savent ce qu’elles veulent ! En ce qui concerne la frise du temps, l’objectif est double en petite section de maternelle :

Repérer le matin et l'après-midi, le challenge des premières semaines d'école !

En petite section de maternelle, de nombreux enfants ne font pas la différence entre le matin et l’après-midi. Le repas et la sieste deviennent donc des moments clés pour aider les enfants à distinguer les deux temps de la journée.

Dans les premières semaines, la frise du temps est souvent réduite à la demi-journée pour bien couper la journée en deux : les rituels avant le repas, c’est le matin. La sieste, c’est l’après-midi.

 

Développer le langage lié au temps

En se référant à la frise tout au long de la journée, la maîtresse utilise le vocabulaire approprié :

Maintenant – Avant – Après 

Les enfants peuvent montrer la photo du moment de la journée : »Maintenant, on va en récréation » et sont progressivement capable de parler de l’activité qui vient de se dérouler : »Avant, on a fait un dessin » et l’activité qui suit « Après, on lit une histoire ».

Vous l’aurez compris, nos enfants ne chôment pas ! et derrière un « Z’ai zoué » se cache de nombreux apprentissages.

Les Moyens et les Grands continuent aussi leur apprentissage du temps, on en parle bientôt !

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le planning de l’Automne !

C’est l’automne ! Plusieurs événements importants se profilent ces 3 prochains mois… Pour vous aider à y voir plus clair, on vous a préparé un récapitulatif des événements spéciaux de la saison.

 

Le 22 septembre : c’est l’automne.

La fraîcheur s’installe, les enfants adorent changer de saison. L’automne est la saison des marrons dans les poches des enfants et des balades en forêt. Ce sera aussi l’occasion de nouveaux projets de classe autour de cette saison. Chansons, arts visuels, les cahiers de vos enfants seront colorés de marron, de jaune et d’orange !

 

Le 1er octobre : la fête des grands-pères

Depuis 2008, on célèbre les grands-pères le 1er dimanche du mois d’octobre. Un bisou, un câlin, un dessin ou un appel, il suffit de pas grand-chose pour dire « je t’aime » à papy 😉

Du 21 octobre au 6 novembre : les vacances scolaires !

A peine la rentrée passée, les premières vacances scolaires arrivent vite… Dans 1 mois déjà, il faudra s’organiser pour les vacances de la Toussaint. Oui, on a encore le temps ! Mais on garde l’échéance dans un coin de nos têtes et on commence à réfléchir aux modes de garde des vacances. On a aussi une pensée solidaire pour tous les parents dont les enfants ont fait leur première rentrée à la maternelle cette année, et qui expérimentent pour la première fois l’organisation des vacances scolaires toutes les 6 à 8 semaines…. Et si vous voulez un peu plus de pression, faites un tour sur le site de l’Education Nationale, vous y trouverez un compteur fou qui fait tic-tac comme la montre du lapin d’Alice au pays des Merveilles !

Le 28 octobre : Passage à l’heure d’hiver

Dans la nuit du 28 au 29 octobre, à 3h du matin, il sera 2h. En théorie, le passage à l’heure d’hiver est le changement d’heure préféré des parents puisque on gagne une heure de sommeil ! Et quand on est parent, dormir : ça n’a pas de prix.

En pratique, si votre enfant est un lève tôt et vous réveille à 6h30 tous les week-ends, il sera 5h30… psychologiquement, c’est un peu dur, mais gardez à l’esprit que vous avez dormi jusqu’à 6h30 comme d’habitude 😉

Certains enfants s’acclimatent rapidement à manger plus tôt et aller se coucher plus tôt, pour d’autres il faut 2 ou 3 jours d’adaptation. Mais avec la fatigue de l’école et la nuit qui tombe vite, les enfants prennent le rythme facilement.

 

Le 31 octobre : Halloween

Halloween est une fête païenne de plus en plus populaire en France. Pour ou contre, chaque famille décidera ou non de la fêter, mais il est difficile de passer à côté ! Citrouille, sorcières et vampires, Halloween est un peu effrayant pour les enfants de maternelle, alors pour les tout-petits qui veulent faire comme les grands frères et les grandes sœurs, Halloween est une super occasion de se déguiser en princesse ou en cow-boy et de manger des bonbons ! Et puis, on peut adoucir le côté effrayant avec des activités autour de la citrouille.

 

Le 1er novembre : la Toussaint – jour férié en famille

On commence le 1er jour de novembre par un jour férié ! Les laïcs profiteront de ce jour de repos en famille en milieu de semaine. Les catholiques célébreront tous les Saints, y compris ceux qui ne sont pas sur le calendrier. La Toussaint est un jour de prière et de recueillement pour les défunts de la famille.

Novembre : l’arrivée des premiers catalogues de jouets

N’avez-vous rien remarqué ces dernières années ? Dès les vacances de la Toussaint, vos petits vont recevoir les premiers catalogues de jouets… les grandes enseignes se préparent à l’événement majeur de l’année, et ce n’est pas pour faciliter nos vies de parents ! Gérer l’impatience des tout-petits jusqu’à Noël sera donc votre mission du mois de Novembre.

On commence les préparatifs de Noël :

★ Le calendrier de l’avent : Pour ceux qui fabriquent eux-mêmes le calendrier de l’avent, c’est en novembre que l’on commence à prendre des idées et à anticiper le bricolage. Pour ceux qui l’achètent, il faudra penser à ne pas attendre le 30 novembre, au risque de ne plus trouver LE calendrier préféré de vos bambins 😉

★ Les premiers achats de Noël : Vos enfants ont déjà entouré ou mis une croix sur la moitié des pages du catalogue ? il est temps de se pencher sérieusement sur les achats de Noël au risque de ne plus trouver LE cadeau que tous les enfants vont s’arracher. Alors, on anticipe les cadeaux !

★ Le 24 novembre : Black-Friday. En France, on profite désormais de cette tradition américaine. Le 24 novembre sera un jour de promotion dans de nombreuses enseignes !

 

Le 1er décembre : on ouvre la première fenêtre du calendrier de l’avent et on commence à compter les dodos jusqu’à Noël ! Un mois d’excitation en perspective mais soyons honnête, on adore ça 😉

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Activité extra-scolaire, laquelle choisir ?

Nous espérons que la rentrée des enfants s’est bien passée ! Le marathon de rentrée n’est pas terminé, il est maintenant l’heure de choisir les activités extra-scolaires, de courir aux cours d’essai, de finaliser les inscriptions.

La pratique d’un sport débute vraiment vers 6 ou 7 ans, alors pour les enfants de maternelle, on parle d’initiation bien sûr. C’est pourquoi Ouikili a sélectionné uniquement les activités adaptées aux 3-6 ans. 

 

Mon enfant a 3 ans, quelle activité choisir ?

Entre 3 et 4 ans, il est difficile de trouver des activités extra-scolaires adaptées à nos enfants. Ils sont encore trop petits, et même s’ils sont dégourdis, ils n’ont pas encore la coordination nécessaire à la pratique d’un sport, et encore moins la concentration requise pour une séance d’une heure ou plus ! En fonction des villes, on peut malgré tout les initier à certaines activités.

L’éveil musical

Les ateliers d’éveil musical sont ouverts aux enfants à partir de 3 ans, il s’agit de découvrir la musique, de reconnaître les sons et les instruments, mais aussi de chanter et de bouger en musique. Les ateliers durent environ 45 minutes. Pour les petits attirés par la musique, l’éveil musical est un moment d’épanouissement !

 

Le poney

Pour les amoureux des animaux, certains centres équestres proposent des séances de poney. Il s’agit souvent de ballades d’une demi-heure, et votre enfant aura le plaisir de s’occuper du poney, de le brosser et de le caresser. Succès assuré !

 

 

La gymnastique ou le cirque

On ne parle pas de « vraie » gymnastique, mais plutôt de séances de motricité. Le temps de 30 à 45 minutes, votre enfant évolue avec d’autres enfants et apprend à maitriser son corps au travers de parcours de motricité, de jeux de ballon, de cerceaux. Il grimpe, saute, cours, fait des roulades, quoi de mieux à 3 ans ?

 

 

Le baby-tennis

La fédération française de tennis compte plus de 3000 licenciés de moins de 4 ans et moins ! En fonction des clubs, il est donc tout à fait possible d’initier vos enfants au tennis. Evidemment, la pédagogie est adaptée et la balle a la taille d’un ballon mais il apprendra vite ce qu’est un coup droit, un revers ou un service. Bluffant ! Et vos enfants se sentent devenir grands 😉

 

A partir de 4 ans, quelle activité pour mon enfant ?

A partir de la moyenne section de maternelle, vous pouvez inscrire vos enfants à toute sorte d’activités ! Attention, on parle là encore d’initiation mais tout devient possible, et c’est la personnalité de votre enfant qui guidera les premiers choix.

 

 

 

 

 

Il est désormais possible d’envisager les sports d’équipe comme le foot, le basket-ball, et le rugby. Garçon ou fille, ces sports permettent aux enfants de développer la coordination des mouvements et la motricité, d’apprendre l’esprit d’équipe, le vivre ensemble, le respect des copains, et de se dé-pen-ser !! Idéal pour les enfants qui ont besoin de se défouler 😉 et puis les sports d’équipe, c’est retrouver les copains, et les enfants adorent ! Pour les plus timides, le sport d’équipe peut permettre de se faire des copains ou de prendre confiance sans que les yeux ne soient braqués sur eux.

 

 

 

 

 

Pour les enfants turbulents, les arts martiaux sont idéaux pour canaliser l’énergie et apprendre à respecter les règles… Pour les timides, c’est un excellent moyen de prendre confiance en soi.

Certains enfants préféreront les sports individuels, dans ce cas, la natation, l’équitation ou la gymnastique devraient leur plaire. Les artistes, quant à eux, pourront exprimer toute leur créativité dans la danse ou la musique !

Quel que soit le choix de votre enfant, la pratique d’une activité extra-scolaire doit rester un plaisir. On tâtonne souvent les premières années avant de trouver LE sport idéal. Courage, vous n’avez pas fini de changer !

Parlez-nous de vous, quelle est l’activité extra-scolaire de votre enfant ?

Lire la suite

Les émotions de la rentrée des classes

Nous y sommes : lundi, c’est la rentrée des classes. Une journée chargée d’émotions pour nos enfants et pour nous !

Pour une première rentrée à la maternelle, il est quasiment impossible de savoir à l’avance comment nos enfants vont vivre ce moment, et c’est bien ça qui nous angoisse… 

Déchiffrer à l’avance les émotions de la rentrée : mission impossible ! On vous donne des pistes pour vous préparer.

L’enfant heureux d’aller à l’école !

Oui il existe ! Que ce soit pour la découverte, les apprentissages, la sensation de devenir « grand(e) », ou tout simplement pour retrouver les copains, beaucoup d’enfants sont heureux de retourner à l’école ou de la découvrir pour la première fois. Et pour ces enfants, la rentrée des classes devient une formalité !

Vous avez angoissé(e) pendant des semaines en vous demandant comment se passera la rentrée, et votre enfant est tellement pressé de rentrer dans la classe qu’il vous dit à peine au revoir. Vous aurez beau lui demandé si vous pouvez partir, si tout va bien, lui rappeler que vous revenez bientôt, il vous écoute à peine, trop heureux d’aller explorer son nouveau terrain de jeu.

L’enfant boudeur

« Tu es content d’aller à l’école ? » « Non ». Non, il n’est pas content d’aller à l’école. Les vacances, c’est mieux ! Le boudeur fait surement déjà sa deuxième rentrée, alors reprendre le rythme, travailler, devoir se conformer aux règles de l’école, non décidément ça ne lui plait pas ! Pas de panique, ce n’est pas l’enfant qui posera le plus de problème le jour de la rentrée. Il sait qu’il n’a pas le choix, mais il faudra accepter que votre enfant ne soit pas surexcité sur le chemin de l’école, même avec un nouveau cartable ! Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Une fois dans la classe avec les copains, tout sera oublié.

 

La peur de l’école

Ça se complique… Votre enfant est angoissé par la rentrée des classes. Pour tenter de l’apaiser, il faut le rassurer autant que possible car ces enfants ont surtout peur de l’inconnu. Ils ont besoin de tout anticiper et de savoir où ils vont, comment se déroule la journée d’école, qui sera leur maîtresse, à quoi ressemble la classe et  qui viendra les chercher à la sortie de l’école.  L’important est de bien lui expliquer pourquoi il va à l’école, de lui parler des choses positives sans lui cacher les contraintes, et de lui dire où vous serez pendant ce temps-là. Rassurez-vous, il leur faut le temps de la première journée, ou de quelques jours, pour leur permettre d’observer leur nouvel environnement et la nouvelle routine.

 

La cascade de pleurs

Vous accompagnez votre enfant pour la rentrée des classes, tout se passe bien jusqu’au fameux moment de la séparation.

Il faut vous préparer à deux situations :

★ Votre enfant commence à pleurer… il ne veut pas vous quitter.

Vous avez beau le rassurer, lui dire qu’il va bien s’amuser, que vous serez là à la sortie de l’école, rien y fait : il pleure, il s’accroche à vous et chaque parole semble empirer la situation. C’est à ce moment-là que la maîtresse vous demande gentiment de partir. Votre enfant hurle. Votre estomac est noué. Trop tard. Vous n’êtes plus maître de la situation. Il ne vous reste qu’à tourner en rond toute la matinée en vous imaginant le pire : votre enfant a hurlé pendant des heures. FAUX. Dans la majorité des cas, alors que vous attendez impatiemment que la porte de la classe s’ouvre, votre enfant vous saute dans les bras avec un « c’était trop super ! ». La maîtresse vous confirme qu’il a arrêté de pleurer quelques minutes après votre départ et qu’il s’est amusé toute la matinée.

Si ce n’est pas le cas, il faudra alors quelques jours d’adaptation. On ne vous le cache pas, c’est assez fréquent et ce n’est que temporaire. Vous aurez sûrement besoin de rassurer votre enfant et d’essayer de comprendre d’où vient cette angoisse de la séparation. Certains enfants ont du mal à quitter le cocon familial ou le cadre de la nounou ou de la crèche ; certains ne sont pas « prêts ». Les pleurs peuvent durer plusieurs jours. Il ne faut pas céder ou transmettre nos angoisses (facile à dire….). Rassurez-vous, tout fini par s’arranger.

★ Votre enfant ne pleurait pas du tout… avant de voir d’autres enfants pleurer !

Tout allait très bien, mais pourquoi le copain et la copine pleurent ? ah, tiens, s’ils pleurent, c’est qu’il se passe quelque chose d’important ? Quoi ? les parents s’en vont ? C’est l’effet domino. L’influence des pleurs. Quand un enfant commence à pleurer et que les autres le suivent. Classique. Rassurez-vous, ça ne dure pas ! Mais on comprend bien que la maîtresse vous demande de partir pour tenter de gérer la situation !

 

La fatigue : l’émotion de la fin de journée.

Qu’ils soient heureux, boudeur, pleureur ou angoissé, la première journée d’école est chargée d’émotions ! Il n’est donc pas surprenant qu’en fin de journée, tous les enfants soient fatigués.

Profitez-en pour faire le plein de câlins 🙂

On reprend la routine du soir et demain on recommence !

 

Vous pouvez vous amuser à relire cet article en remplaçant le mot « enfant » par le mot « parent » : ça marche aussi 😉

Bonne rentrée à tous !

 

 

 

Lire la suite

Semaine de 4 jours : la nouvelle routine expliquée aux enfants

Dans 4 dodos, c’est la rentrée des classes ! Avec le retour à la semaine de 4 jours, près d’un tiers des élèves n’auront plus école le mercredi.

Alors comment expliquer le changement de routine aux enfants ?

Changement d’organisation, changement de routine.

La routine de la semaine est assez difficile à expliquer aux enfants alors quand elle est acquise, c’est un soulagement ! Mais cette année, tout est à refaire… Avec le retour de la semaine de 4 jours, il a fallu modifier l’organisation de la semaine.

Pour les enfants qui font leur première rentrée à l’école, il faudra leur expliquer le déroulement des journées au jour le jour.

Pour les enfants de moyenne et grande sections qui ont déjà vécu une année scolaire à 5 jours, il faut donc en plus leur expliquer qu’il n’y aura plus école le mercredi.

« Le mercredi ? C’est quoi ? »

L’année dernière, Ma Nounette a eu la chance de faire une année en Toute Petite Section de maternelle, c’est une classe avant l’entrée officielle en Petite Section. Elle a donc déjà connu une semaine de 5 jours d’école. Elle a 3 ans et demi, alors évidemment elle ne sait pas ce que signifie « mercredi » !

Elle est encore petite pour comprendre la routine aussi longtemps à l’avance. Nous en sommes à compter les dodos jusqu’à la rentrée, et c’est déjà bien suffisant ! Mais son Grand Frère avait besoin de comprendre, alors à la maison, nous avons utilisé notre calendrier pour enfant pour visualiser le changement de routine.

Ancienne routine

Nous avons d’abord recréé la routine de l’année dernière.

Sans aide visuelle, impossible pour Ma Nounette de se souvenir. Mais grâce aux magnets, elle s’est rapidement souvenue du rythme !

« C’est quand je l’allais chez papi et mamie, et quand je l’allais à la sieste à l’école ».

 

Nouvelle routine

Puis nous avons créé la nouvelle routine de la rentrée pour visualiser d’abord les jours d’école et les jours sans école.

Oh surprise ! 1, 2, 3 jours sans école !

Nous avons tenté d’expliquer les horaires…

Je dis bien « tenté » car à 3 ans et demi, les horaires ne veulent absolument rien dire ! Au mieux, tout est à midi 😉

J’avais donc volontairement retiré le temps de la sieste de la routine de l’année dernière. En l’ajoutant à la nouvelle routine, le temps à l’école parait plus long !

« Avant, quand tu te réveillais de la sieste, tu jouais un peu et hop, c’était déjà l’heure des papas et des mamans.

Maintenant, quand tu te réveilleras de la sieste, tu joueras un peu, tu feras un travail avec la maîtresse, et après ce sera l’heure des papas et des mamans.

Et quand quand il n’y a ni papi ni maman à côté du repas, ça veut dire que tu vas à la cantine… »

On fait comme on peut ! Mais elle semble avoir compris que la routine est différente, c’est déjà ça. Et son Grand Frère est rassuré lui aussi.

Comprendre la routine est difficile pour les tout-petits. Mais en utilisant les semainiers et les calendriers pour enfant au jour le jour, ils finissent par se repérer dans le temps.

Dimanche soir, nous compléterons la semaine à venir, et nous recommencerons encore et encore !

Avez-vous déjà parlé du changement de routine à vos enfants ? Comment avez-vous fait ?

 

 

Lire la suite
Ma boîte à magnets