Résolution de rentrée #1 – S’organiser pour mieux souffler

Les vacances sont bel et bien finies et comme chaque rentrée des classes, nous voilà reboostés pour affronter la nouvelle année scolaire !

En septembre, on met en place la nouvelle organisation de l’année. Les vacances ont été l’occasion de se reposer et de faire le point sur l’année écoulée. C’est décidé, cette année, on ne se laisse pas déborder, on cale les activités extra-scolaires autant que possible à des horaires qui nous évite d’utiliser le sortilège de dédoublement, et on prend aussi du temps pour soi. Bref, c’est la rentrée et nous sommes tous plein de bonnes intentions ! C’est pourquoi je préfère parler de résolution 🙂 Parce que, soyons honnête, dans la vraie vie, nous savons bien que nous allons être débordé(e)s, comme toujours ! Mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer 🙂

Le temps de remplir vos boites à magnets, je partage un peu de vos vies et voilà ce que j’observe.

Résolution#1 – On met en place la routine

Le petit-déjeuner, le brossage des dents, le bain et le repas sont les magnets phares de cette rentrée ! La raison est simple, dans chaque famille, nous avons notre propre routine du matin et du soir. Pour les enfants, il s’agit de leur donner un cadre et leur permettre de se repérer dans la journée. Pour nous, la routine est une question de survie ! On a bon espoir que la répétition de la routine permettra aux enfants de l’intégrer rapidement et de nous faire gagner du temps…

Ça, c’est en théorie bien sûr ! En pratique, on va répéter et répéter chaque soir que c’est l’heure du bain, un décidera que c’est le moment de faire des roulades pendant que l’autre se mettra à pleurer parce que… Oui définitivement, gagner du temps est un concept d’adulte 😉

 

Et puis, il y a les soirs qui ne se déroulent pas comme prévu, parce qu’on est rentré plus tard, parce que les enfants sont fatigués, parce que tant de raisons qui font la vraie vie. Dans ces cas, on enlève la pression ! On a le droit de changer la routine, de les faire manger avant le bain ou inversement. Ne pas être prisonnier de la routine, c’est aussi une question de survie 😉

Résolution #2 – On gère les repas et les courses

Quel succès ! Ces deux magnets rejoignent toutes vos boites à magnets depuis leur mise en ligne ! Là encore, la raison est simple : dans toutes les familles, la gestion des repas et des courses prend un temps non négligeable dans la semaine…

En théorie, on décide d’un temps dans la semaine pour aller faire les courses seul(e) ! On place le magnet sur le calendrier et on explique aux enfants que pendant que maman va faire les courses, il reste avec papa (ou inversement !). En pratique, et bien, on finit bien souvent par les emmener et on leur demande d’être sages (vous riez, je vous entends…).

Manger sain, manger bio, manger 5 fruits et légumes par jour, faire avaler un peu de vert à l’un, trouver des repas qui évite la bataille de l’assiette terminée tous les soirs, et pour peu qu’il faille préparer les repas de n#2 pour la nounou, ou de n#1 pour la cantine à cause de ses allergies alimentaires, on est vite sous pression dès qu’il s’agit de préparer le dîner !

Quelques pistes pour s’en sortir ?

Prévoir ses repas à la semaine pour ne pas avoir à réfléchir chaque soir sur le menu.
Préparer certains repas de la semaine pendant le week-end, on gagne du temps le soir si le repas n’est plus qu’à réchauffer.

Une troisième piste (parole d’une maman débordée) : lâcher prise sur les repas et se mettre moins de pression ! Est-ce vraiment si grave si les enfants mangent des coquillettes et du jambon deux soirs de suite ? Vous pouvez aussi sortir la carte « pique-nique du soir », les enfants adorent et vous deviendrez la meilleure des mamans ! (à utiliser avec parcimonie pour éviter que vos enfants réclament des pique-niques trop souvent, mais très utile les soirs d’épuisement…)

Résolution #3 – On mets en place les modes de garde 

Chaque année, la question se pose ou se re-pose. Les enfants grandissent, les horaires de travail changent, le 80% prend fin au 3ème anniversaire de votre enfant, vous n’aurez votre planning que chaque mois, certaines semaines ne se ressemblent pas, les frais de garde augmentent et trouver la bonne solution pour toute la famille relève parfois du défi.

Après avoir fait le constat que vous avez couru toute l’année, après vous être posé 1000 questions pendant l’été, vous avez finalement fait votre choix dès la rentrée. Pour beaucoup, cela implique peut-être de grands changements pour les enfants, des changements qu’il faut expliquer, un nouveau rythme à trouver. Ce sera le challenge de la rentrée ! En tout cas, je vois beaucoup plus de garderie dans vos boites à magnets depuis quelques temps…

 

Résolution #4 – On finalise les inscriptions aux activités extra-scolaires 

Septembre et son marathon d’inscriptions !

Pour les parents qui accompagnent pour la première fois leurs enfants dans le choix d’une activité extra-scolaire, je vous renvoie à un article de l’année dernière : Activité extra-scolaire, laquelle choisir ?

Pour les autres, quoi ? n#1 ne veut plus faire de judo et n#2 veut à tout prix faire du poney ? C’est reparti pour le forum des associations et les cours de découverte.

Là, le dilemme : des activités aux mêmes horaires ou presque, trop tard le soir après l’école ou simplement le mercredi alors que vous travaillez.

Alors, on s’enlève encore un peu de pression, on choisit les activités en fonction des horaires et du rythme de la famille.

N’oubliez pas qu’une bonne organisation est celle qui nous permet aussi d’avoir des temps de repos.

Cette année, parents, prenez soin de vous aussi !

Bonne rentrée !

Cathy-Laure

 

 

 

 

Lire la suite

Stock de rentrée et les aléas dans la vie d’un entrepreneur

Chers parents,

J’espère que la rentrée s’est bien passée pour vos enfants (et pour vous !). Vous avez surmonté les angoisses de rentrée, les pleurs, la fatigue des enfants en fin de journée, la tonne de formulaires à remplir, et évidemment – vous avez repris la routine. Chaque famille a son propre rythme et ses propres contraintes et c’est sans doute pour cela que vous êtes sur le site de Ouikili aujourd’hui 😉

Alors que vous souhaitez rapidement expliquer à vos enfants le planning de la semaine, vous vous demandez sans doute pourquoi les délais d’expédition affichés en ce moment sont aussi longs.

Si vous ne le savez pas encore, Ouikili est une petite entreprise et, comme de nombreux entrepreneurs, j’occupe tous les postes de l’entreprise (vous pouvez en savoir plus sur la page qui sommes-nous). J’ai imaginé ce calendrier que j’aurais aimé avoir pour mon fils quand il était petit, et depuis bientôt deux ans, je travaille à vous le faire découvrir.

Petit à petit, Ouikili fait son nid.

Depuis le mois d’août et en cette rentrée 2018, vous êtes au rendez-vous !! Votre enthousiasme pour le calendrier me bouleverse et me transporte, mais il a également eu rapidement raison du stock de rentrée 😊

J’ai rapidement demandé un réassort de tableaux afin d’assurer toutes les commandes. Mais la vie d’un entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille et ressemble plutôt à une montagne russe émotionnelle.

Cette semaine, il a fallu livrer une nouvelle bataille, le stock reçu ayant subi des dommages durant le transport, il a fallu relancer une impression en urgence. L’impression et l’encollage sur feuille magnétique sont un travail délicat, mais le fournisseur de Ouikili fait son possible pour livrer les supports dans les meilleurs délais.

Je vous demande donc un peu de patience pour recevoir vos calendriers…. J’ai hâte de vous envoyer vos commandes et de savoir que tant d’enfants vont se repérer dans le temps grâce à Ouikili.

Dans cette attente, je prépare vos boites à magnets 😊

Les lots de magnets et cartes cadeau sont envoyés sous 48h dans les délais habituels.

M.E.R.C.I.

Cathy Saint Jean

Créatrice de Ouikili

Lire la suite

Les lieux de culte dans le quotidien de l’enfant

Évoquer la religion dans un calendrier pour enfant n’est pas chose facile… Et pourtant, dans de nombreuses familles, les lieux de culte font partis du quotidien de l’enfant et de ses parents, et peuvent aider les enfants à se repérer dans le temps !

Tout d’abord, il est important de préciser que Ouikili ne fait aucun prosélytisme, j’espère que vous l’aurez compris 😉

En pensant aux illustrations qui reflètent le mieux le quotidien de l’enfant, les lieux de culte me sont apparus comme une évidence. Pourtant – je vous l’avoue – j’ai hésité à les proposer…. Est-ce que ces magnets avaient vraiment leur place sur un calendrier pour enfant ? Étaient-ils si utiles aux enfants ?

Et puis, j’ai osé, parce que le concept de Ouikili est de permettre à TOUTES les familles de créer un semainier qui reflète LEUR quotidien, et d’aider les enfants à y voir plus clair dans la routine de la semaine.

Alors, tout comme l’enfant apprend à identifier les jours d’école, de cantine, de garderie ; les jours de semaine et les jours de week-end ; le jour des activités extra-scolaires ;
dans de nombreuses familles, l’enfant apprend également à repérer le jour où ses parents se rendent à l’église, à la mosquée, ou à la synagogue, et à patienter  jusqu’aux événements religieux importants pour sa famille.

Se repérer dans le temps grâce aux magnets 

Votre enfant est peut être encore trop petit pour vous accompagner, mais vous aurez cependant envie de lui expliquer où vous vous rendez, et pourquoi il ne peut pas encore venir avec vous. Les magnets seront donc posés sur le calendrier même s’ils ne concernent pas la routine de votre enfant, mais plutôt la vôtre.

Chez les familles catholiques, l’enfant entendra « Dimanche, maman va à la messe, et tu restes à la maison avec papa » (ou l’inverse).

Evidemment, il ne sait pas ce qu’est « DIMANCHE »… c’est le jour violet sur le calendrier !

Progressivement, votre enfant associera ce jour à l’église, tout comme le lundi est celui de l’école, et le mercredi le jour du cours de tennis.

 

***

Chez les familles musulmanes, l’enfant entendra « vendredi, papa va à la mosquée ».

Evidemment, il ne sait pas ce qu’est « VENDREDI »… c’est le jour rouge sur le calendrier !

Progressivement, votre enfant associera ce jour au début du week-end et à la prière du vendredi, tout comme le lundi est celui de l’école, et le mercredi le jour du foot ou de la danse.

 

***

Chez les familles juives, le shabbat et la synagogue peuvent apparaître chaque semaine sur le calendrier.

L’enfant entendra « vendredi soir, avant la nuit et le dodo, c’est le début du shabbat jusqu’au dodo du samedi soir « , et « papa ira à la synagogue samedi matin »

Evidemment, il ne sait pas ce qu’est « VENDREDI » ni  » SAMEDI »… ce sont les jours rouge et rose sur le calendrier ! Progressivement, votre enfant associera le vendredi au jour du début du week-end et du début du shabbat; et comprendra que papa et/ou maman vont à la synagogue pour la prière samedi matin, tout comme le lundi est celui de l’école.

***

Ainsi, la présence des magnets des lieux de culte ou événements religieux de la semaine permettent également à votre enfant de se repérer dans le temps ! Ils vous permettent également d’échanger avec les enfants sur les questions religieuses et développer le vocabulaire.

 

Les magnets des lieux de culte sont-ils utiles dans votre famille ? et comment les utilisez-vous ?

Vous pouvez bien sûr commenter ou continuer à m’écrire pour m’en dire plus, et me dire si vous souhaitez que Ouikili proposent d’autres magnets adaptés à la pratique du culte…

Bonne semaine !

Cathy Laure

 

Lire la suite

« Un dodo, c’est un jour ? »

Un dodo, c’est un jour ? Non, pas toujours… Comment expliquer à nos enfants que s’absenter pour un dodo signifie parfois que l’on s’absente pour 2 jours. Pas facile à comprendre !

Il y a les absences des parents, il y a aussi les absences des frères et sœurs… Cette semaine, Ma Nounette a dit au revoir à son frère qui est parti 2 jours en voyage scolaire. Une absence qu’elle a eu du mal à gérer et à comprendre.

Comme dans toutes les familles, nous parlons des événements un peu spéciaux qui approchent. Chez nous, ces derniers temps, nous avons donc beaucoup parlé du voyage scolaire du Grand Frère ! 2 jours d’absence et 1 dodo loin de la maison, la liste des affaires à mettre dans la valise, la réunion de préparation, le programme du voyage, toute une aventure pour lui !

Alors que je me concentrais sur la préparation du départ, sur notre week-end en famille à la mer, sur Ouikili, je n’ai pas pensé à préparer Ma Nounette à cet événement un peu spécial pour elle aussi. Après tout, elle est plutôt cool sur les changements de routine, et elle est habituée aux absences de son papa pour le travail.

Oui mais voilà.

Quand papa part pour 1 dodo : c’est normal. C’est devenu la routine.

Mais quand son frère, son idole, son compagnon de jeu, part pour un dodo, c’est une autre histoire. 

Un peu plus tôt, cette semaine :

« Mais maman, 1 dodo, c’est 1 jour ! Alors il part que 1 jour.

– Euh… Non… il part 2 jours… il part jeudi orange et vendredi rouge… 

Je commence à comprendre où elle veut en venir

– Ah bah non hein ! Tu as dit 1 dodo, et 1 dodo c’est 1 jour, alors il rentre après le dodo !

Là, soudainement, j’ai vu défiler toutes les fois où nous lui avions dit qu’il ne restait que 1 dodo : son anniversaire, noël, pâques, carnaval, départ en vacances, etc. Toutes ces fois, où effectivement, l’événement arrive au réveil, après le dodo…

1 jour = 1 dodo.

Sauf que cette fois, Grand frère s’absente 2 journées entières et il ne sera pas de retour au réveil.

Un peu surprise, je lui réponds que c’est comme quand papa s’absente, elle sait bien qu’il va au travail après le dodo et qu’il ne rentre que le soir suivant pour l’histoire du soir et le dodo.

Trop tard, elle s’était mise en tête que son frère serait de retour au réveil.

Je lis une énorme déception sur son visage.

Bras croisés, elle souffle.

« Mais ça va être trop long ! »

 

Oui, décidément, ma fille déteste patienter…. c’est la notion de durée subjective, vous vous souvenez ? 

Alors, nous avons pris le calendrier et la boite à magnets et hop, nous avons fait le planning de la semaine.

✔ Nous avons d’abord compter les dodos jusqu’au départ

✔ Nous avons placé les magnets voyage scolaire sur le jeudi et le vendredi pour bien expliquer que Grand Frère part DEUX jours.

✔ Un seul dodo en bas du jeudi pour expliquer qu’il ne part que 1 dodo.

✔ En enfin, nous avons fait SA routine pendant les 2 jours d’absence de son frère. C’est quand même important de lui montrer que sa vie continue ! Nous lui avons donc expliqué qu’elle va quand même à l’école, à la cantine jeudi, et que le soir, elle aura papa et maman pour elle toute seule 😉

Vendredi, on va se réveiller, prendre le petit déjeuner et se préparer comme d’habitude.

Elle ira à l’école, comme d’habitude.

Et avant le repas du soir… on ira chercher son frère !

2 jours = 1 dodo

Ouf, elle a compris ! Elle n’était toujours pas très contente mais elle a compris.

Le temps d’absence de son frère lui semble une éternité.

Peut-être parce que ce n’est pas un événement habituel.

Et c’est avec un grand chagrin qu’elle lui a dit au revoir pour…

1 dodo et 2 jours.

 

Pas facile de gérer les séparations quand on est parent. Et je sais que nombreux d’entre vous doivent gérer ces séparations chaque semaine… est-ce que cela devient plus facile avec le temps ? Est-ce que vos enfants finissent par intégrer la séparation comme une routine ?

 

Très bon week-end à tous.

Cathy Laure (maman qui attend elle aussi le retour de son fils ;-))

 

 

Lire la suite

En mai, fais ce qu’il te plaît (ou comme tu peux…)

En mai, « Fais ce qu’il te plaît » ou « Fais comme tu peux ». 

Le mois de mai est arrivé et avec lui les nombreux ponts, les jours fériés, les mini-vacances et pour certains aussi, les galères de garde…  Alors, ce mois-ci je vous propose un planning à télécharger :  Planning Mai 2018 Ouikili et un petit point sur les dates clés et les magnets utiles sur vos calendriers !

L’été approche, il va falloir modifier la routine des enfants, alors n’oubliez pas de vous organiser avec Ouikili 😉

Je vous souhaite de profiter de bons moments en famille !

 

 

Lire la suite

La garde partagée expliquée aux enfants

Vendredi, jour de week-end. Mais pour des milliers d’enfants, le vendredi est aussi le jour du changement de maison ! Ils retrouvent papa ou maman pour le week-end. Garde alternée, garde partagée, des mots un peu compliqué pour des enfants. Rassurez-vous, des solutions existent pour les aider à comprendre leur nouvelle vie.

 

Parents divorcés, séparés et parents solos, vous êtes nombreux à me contacter car vous êtes à la recherche d’une solution simple et ludique pour expliquer à vos enfants le planning de la garde partagée.

Dans tous vos messages, le même constat.

« Il va bien, on a beaucoup parlé et on lui a bien expliqué. Tout se passe bien mais on réalise qu’il est complétement perdu ! Il ne sait pas quand il dort chez son père ou chez moi »

Ou encore

« Nous sommes en garde alternée, ma fille vit une semaine chez sa mère et une semaine chez moi. Nous n’habitons pas loin et ses habitudes n’ont pas changé. Pourtant, elle est perdue… et nous souhaitons l’aider »

Cet article n’est donc pas destiné à vous donner des chiffres sur le divorce, ni à vous donner des conseils sur la manière de réussir « une bonne séparation ». Mais pour les parents qui en auraient besoin, vous trouverez en bas de page des liens vers des articles qui peuvent vous être utiles.

Cet article a pour but de vous apporter une solution pratique pour accompagner votre enfant dans la mise en place de sa nouvelle vie avec ses deux maisons.

Procédons par étapes

❶ Rassurer l’enfant et le couvrir de vos mots d’amour…

Vous avez à cœur de protéger votre enfant des problèmes des adultes, de le couvrir de votre amour et de le rassurer : « papa et maman t’aiment de tout leur cœur, et même s’ils ne vivent plus dans la même maison, ça ne change rien à tout l’amour que nous avons pour toi. Maman t’aime très fort. Papa t’aime très fort aussi »

De nombreux livres pour enfant sur le thème de la séparation peuvent vous aider à trouver les bons mots, expliquer le bouleversement qui se prépare et calmer les angoisses qui seront inévitables (même temporairement).

Pour information,  la sélection du magazine Parents et la sélection de Avis de Mamans

 

❷ « Tu vas avoir 2 maisons » : mettre des images sur les mots 

Il est conseillé de parler de la séparation à l’enfant au moins 3 semaines avant la mise en place de sa nouvelle vie chez papa et chez maman. On le sait, les tout-petits n’ont pas la notion du temps, et il faudra quelques semaines pour le préparer à la séparation réelle.

Les images aident les enfants à comprendre les mots, vous pouvez donc utiliser les maisons de couleurs différentes pour expliquer à votre enfant que, bientôt, il aura 2 maisons :

« la maison rose est TA maison chez maman, la maison verte est aussi TA maison chez papa »

En fonction de votre situation, vous pouvez expliquer à votre enfant qu’il aura donc 2 chambres (ou un espace qui ne sera qu’à lui). Pourquoi ne pas lui proposer de choisir la décoration de sa nouvelle chambre et de le laisser participer à l’aménagement de son nouvel espace ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

❸ Laisser parler les émotions

Des questions risquent de fuser… et son camion de pompier et ses playmobil et sa peluche préférée ?  et ses poupées, et sa poussette et sa cuisine ? Comment je vais faire pour jouer quand je serai chez papa ?

Les jouets sont son univers, il est possible que ses inquiétudes liées à la séparation et à la perte de ses repères se traduisent par des inquiétudes purement matérielles. Rassurez-le. Proposez-lui des solutions (en fonction de vos moyens et des solutions trouvées avec votre ex-conjoint), ou demandez-lui ce qu’il aimerait emporter avec lui dans sa nouvelle maison.

Les enfants ont parfois bien du mal à exprimer leurs émotions avec des mots et n’osent pas poser les questions qui les préoccupent vraiment… Vous pouvez proposer les magnets des émotions pour lui demander comment il se sent. Et en lui expliquant la nouvelle routine, anticiper ses craintes liées à la routine du soir…

 

❹ La nouvelle routine 

Garde partagée ou garde alternée sont des concepts bien trop difficiles à expliquer à un enfant. C’est pourquoi un support visuel peut vous permettre d’expliquer à votre enfant sa nouvelle routine en fonction du mode de garde que vous aurez choisi.

L’important est de rassurer l’enfant. Sa routine ne change pas. Il ne change pas d’école, il va toujours à la cantine ou à la garderie. Mais il va peut-être dormir 3 dodos chez mamans, puis 3 dodos chez papa ; ou dormir chez maman toute la semaine, et voir papa le week-end.

Vous avez chacun votre manière de vous appropriez le calendrier, adaptez-le à votre situation et mettez des mots sur les images !

 

 

❺ Et papa ? Et maman ? Il/elle va être tout seul(e) quand je serai pas là ?

C’est une question que votre enfant est susceptible de vous poser, ou qu’il n’osera pas vous poser… mais de la même manière que les séparations de la journée peuvent être difficiles à l’entrée à l’école, votre enfant aura peut-être besoin de savoir ce que vous ferez quand il ne sera pas là…

Soyons honnêtes, les premières séparations (les premières semaines ou les premiers week-ends sans les enfants) vont être un crève-cœur pour vous. Si votre enfant s’inquiète de vous savoir seul(e), il faudra rassembler votre courage pour le rassurer sur votre situation. Dites-lui simplement ce que vous ferez en son absence, vous allez travailler, peut-être faire du sport, et voir vos amies. Tout ira bien. Il va vous manquez, vous penserez à lui à chaque instant. Mais il faut le libérer de cette angoisse de vous savoir seul(e)… il va voir papa ou maman cette semaine, et ça va être très chouette !

N’oubliez jamais que vous êtes de super-parents !

 

N’hésitez pas à partager votre vécu et vos conseils avec les autres parents 😉

 

ps: un petit message à ce papa qui m’a contacté récemment et à qui je n’ai pas répondu… j’ai malheureusement effacé le message définitivement suite à une mauvaise manip. N’hésitez pas à me recontacter si vous lisez cet article.

Cathy Saint Jean

 

 

Liens utiles

Comment annoncer la séparation aux enfants

Qui peut mieux vous parler de séparation qu’une maman qui a vécu la même expérience ?

Je vous recommande donc vivement la lecture des articles de La Nouvelle Maman Solo dont cet article qui vous sera très utile pour parler de votre séparation à votre enfant.

9 erreurs à éviter pour protéger son enfant quand on se sépare

 

 

 

Lire la suite

La première inscription à l’école maternelle

 

Votre enfant n’a pas encore soufflé sa 3ème bougie qu’il faut déjà penser sa première inscription à l’école maternelle… quelle étape pour les parents ! Si ce n’est pas déjà fait, il est donc temps de penser à inscrire vos enfants pour la prochaine rentrée de septembre 2018…

Pour vous accompagner, voici les grandes étapes par lesquelles vous devrez passer. Courage les parents !

 

 

 

Pour plus d’information : http://www.education.gouv.fr/cid161/l-inscription-a-l-ecole-maternelle.html

Pour connaitre les dates de première inscription à la maternelle dans votre commune, contactez votre mairie.

Et pour préparer vos enfants au changement de rythme, Ouikili sera là pour vous aider cet été ! 

 

 

 

Lire la suite

Question de parents : Comment utiliser le calendrier avec les enfants ?

« Pensez-vous que je dois mettre les magnets moi-même sur le calendrier et expliquer ensuite le planning à mon fils, ou le laisser faire tout seul ? »

Voilà une question qui m’a été posée dernièrement et qui m’a amené à vous proposer cet article sur l’utilisation du calendrier avec les enfants. Comme toujours chez Ouikili, la réponse dépend évidemment du fonctionnement de chaque famille et de l’âge de l’enfant. Mais, je vous donne quelques pistes…

•••••••

Le contexte

La maman qui m’a posée la question du jour se demandait comment utiliser le planning avec son fils de 4 ans.

Le petit garçon est un peu perdu avec son nouveau rythme depuis que sa maman a retrouvé un travail. Cela faisait des mois qu’elle s’occupait de lui à temps plein pendant sa période de chômage, il n’y avait donc pas de problème de routine puisque maman venait le chercher à l’école tous les jours.

Mais aujourd’hui, ce petit bonhomme doit apprendre les jours de cantine, de garderie, et ceux où maman est à la maison. Pas facile de s’y retrouver. Ses journées sont rallongées et c’est un bouleversement pour lui. Son comportement a changé, il y a plus de pleurs, plus de fatigue et beaucoup de questions !

Sa maman, qui avait vu le reportage sur Ouikili diffusé dans le 12.45 de M6 en octobre dernier, m’a contacté pour avoir quelques conseils.

« Je vous ai vu mettre vous-même les magnets sur le calendrier. Est-ce que je dois le faire à la place de mon fils ? comment je peux le rassurer ? »

Expliquer. Rassurer. Accompagner les enfants vers l’autonomie.

Procédons par étape.

La première découverte du calendrier se fait en famille bien sûr !

Qu’est-ce que c’est que ce tableau et comment ça marche ? C’est un objet un peu surprenant qu’il faut un peu apprivoiser. Alors, quel que soit l’âge de l’enfant, ce sont les parents qui expliquent le fonctionnement du planning. Les premiers temps, on les accompagne pour poser les magnets correspondant à la routine du jour ou de la semaine. On pose des mots sur les images, on les laisse découvrir. Et très vite, les enfants se l’approprient !

Oui mais ensuite ?

Un temps d’échange parents-enfants

Quand ils n’ont aucune notion du temps, et qu’on laisse les enfants face au calendrier, voilà ce que ça peut donner….

Comme le calendrier est avant tout un outil pour expliquer le planning de la semaine à nos enfants, je conseille de faire de ce moment un temps d’échange entre parents et enfants.

Le but du calendrier est justement d’expliquer aux enfants – qui sont trop petits pour comprendre seul – les événements importants de leurs routines et ceux qui changent d’une semaine sur l’autre. On fait AVEC eux. On leur propose les magnets, on leur montre où les placer et pourquoi, et on les laisse manipuler seul. C’est la répétition de ce rituel qui permettra à l’enfant d’intégrer sa routine.

 

A quelle fréquence ?

Le dimanche soir pour la semaine qui arrive ? chaque soir avant le coucher ? le matin ? Chaque famille trouvera son moment idéal !

Cependant, il arrive que les enfants n’aient pas envie, ou pas besoin de parler du planning. Ce n’est pas grave ! C’est peut-être le signe que la routine est intégrée ou qu’il n’y aucune angoisse cette semaine. Tant mieux !

Chez nous, Ma Nounette est plutôt cool face aux événements, elle n’a pas besoin du calendrier chaque semaine. En revanche, elle aime bien s’y référer ponctuellement, surtout quand il y a des événements spéciaux. Dans ce cas, je le prépare moi-même, et quand viennent les questions, on va voir le calendrier.

Quand la routine est intégrée, l’autonomie s’installe

Progressivement, il ne sera plus nécessaire de montrer les magnets à utiliser ou de les mettre nous-mêmes. Il suffira par exemple de dire que « demain, après ce dodo, tu vas à la cantine et quand c’est l’heure des papas et des mamans, tu iras à la garderie. C’est papa qui viendra te chercher », ou « dans 2 dodos, tu vas dormir chez mamie et papi ».

Votre enfant mettra lui-même les magnets en place et apprendra enchaînement des événements d’une journée. Vous serez surpris de voir comme les enfants comprennent vite !

En grandissant, plutôt à partir de la grande section (mais là encore, tout dépend de l’enfant !), les enfants utiliseront le calendrier en autonomie. Quand un événement change dans la semaine, il suffit de dire « jeudi, on va chez le docteur après l’école ».

Respecter la logique de l’enfant

Notre façon de penser n’est peut-être pas celle de nos enfants… le calendrier fait par les parents ne ressemblent pas toujours à celui fait par les enfants ! Je vous propose par exemple celui de mon fils. A première vue, on pense que papa et maman sont séparés, mais selon lui, le fait de mettre les magnets de papa le week-end correspond au moment de la semaine où il passe le plus de temps avec lui. C’est vrai… Je ne voyais pas les choses comme ça, mais c’est c’est sa façon de l’exprimer.

N’oublions pas que le calendrier est à eux et doit permettre de les aider alors respectons leur logique ?

 

Je serai curieuse d’en savoir plus sur votre propre utilisation du calendrier en famille, vous avez peut être une autre méthode ? N’hésitez pas à la partager avec les autres parents 😉

A bientôt !

Cathy Laure

 

 

Lire la suite

Ouikili pour compter les dodos

Parce que parfois, peu importe la routine de la semaine, la seule chose qui compte vraiment est de patienter jusqu’à un événement super spécial. Ouikili vous aide à compter les dodos jusqu’au jour de l’anniversaire !

Cette semaine, plus rien ne compte. Peu importe les jours de cantine, qui vient la chercher ou ce que l’on fera mercredi. Cette semaine, elle n’a plus qu’une question à la bouche….

« C’est dans combien de dodos mon anniversaire ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, peu importe la routine, il faut parfois aider nos enfants à gérer l’impatience.

Ouikili s’adapte aux besoins des enfants et sert aussi de compte-dodos.

 

Chez nous, cette semaine, pas de magnets sur le calendrier, on patiente jusqu’aux 4 ans de Ma Nounette !

 

Lire la suite

Quelle place pour les grands-parents dans les modes de garde ?

Ils sont plus de 15 millions en France et présents dans la majorité de vos commandes, les grands-parents occupent une belle place dans la vie de vos enfants ! Garde quotidienne, aide ponctuelle ou renfort de garde en cas d’urgence, quelle est vraiment la place des grands-parents dans les modes de garde en France, et chez nos voisins européens ?

On va chez papy et mamie, un peu, beaucoup, souvent ?

En France, on devient mamie en moyenne vers 54 ans, et papy vers 56 ans, ce qui signifie que bien souvent, les grands-parents sont encore au travail quand les premiers petits-enfants pointent le bout de leur nez. Et si ce n’est pas le cas, ils sont en pleine découverte de leur nouvelle vie de retraités, une vie parfois si remplie qu’il est difficile de suivre leurs plannings !

Et pourtant, ils sont plus de 50% à garder leurs petit-enfants régulièrement ou ponctuellement.

Grève de cantine ou de crèche, maîtresse absente et non remplacée, fièvre du matin le jour de votre réunion super importante, etc. en cas d’urgence, une majorité de grands-parents répond présent pour nous donner un coup de main.

La dernière grande étude Share sur la grand-parentalité date de 2011 et révèle que dans les 12 pays Européens étudiés, 40% des grands-parents gardent leur petit-enfants régulièrement et 11% le font tous les jours pour permettre aux parents de conserver un travail à temps plein.

La garde quotidienne 

En France, le chiffre tombe à 7% de grands-parents qui gardent quotidiennement leurs petit-enfants.

Si cela vous semble faible, la raison se trouve dans nos politiques familiales. En France, comme dans certains pays scandinave (Suède et Danemark), l’Etat couvre encore une grande partie des frais liés à la garde des enfants et les parents ont accès à de nombreuses structures de garde pour conserver un travail à temps plein.  Crèches, structures d’accueil de jeunes enfants, assistantes maternelles, garde à domicile, et l’école maternelle tout simplement, les solutions existent et les parents ont moins besoin des grands-parents pour assurer la garde quotidienne des enfants.

Si on jette un coup d’œil à la situation de nos voisins européens, la situation est encore compliquée que la nôtre… En Europe du Sud et en Europe de l’Est, les parents aussi travaillent à temps plein, mais les prestations familiales sont faibles et les structures de garde insuffisantes (voire inexistantes), alors sans surprise, on apprend que dans ces pays, les mamies prennent le relais pour garder les enfants (30% en Roumanie, 22% en Italie et 17% en Espagne). En Allemagne et au Royaume-Uni, les mères sont plus incitées au travail à temps partiel, et comme les structure de garde sont surtout privées, les grands-parents sont moins sollicités pour la garde quotidienne des enfants.

L’étude montre également que si les grands-parents gardent leurs petits-enfants sans la présence des parents, ce sont surtout les mamies qui assurent la garde quotidienne des tout-petits, mais nous connaissons des papis qui font ça très bien aussi 😉 et – sans surprise – plus elles sont jeunes, plus elles leur consacrent du temps.

Et pendant les vacances ?

Avec des vacances scolaires qui reviennent toutes les 6 à 8 semaines, la question des vacances avec mamies et papys se posent pour de nombreux parents, mais le choix de ce mode de garde semble très rare pour les enfants de moins de 5 ans.

En 2011, 19% des enfants âgés de 5 à 19 ans partaient en vacances avec ou chez les grands-parents, et le chiffre passe à 24% pour les 8-10 ans. (Source Senior Sphère Conseil).

Alors Ouikili s’interroge !

Comment ça se passe chez vous ?

Quelle est la place des grands-parents dans vos modes de garde ?

Et est-ce que vos enfants partent en vacances seuls chez papy et mamie ?

 

Lire la suite
Ma boîte à magnets