[INFO LIVRAISON] En raison d’un grand nombre de commandes, les délais d’expédition sont de 5 à 7 jours… Nous faisons le maximum pour réduire ce délai mais les commandes personnalisées prennent du temps 🙂 Merci de votre compréhension. Merci pour votre confiance ♡ Cathy Saint Jean, fondatrice.

 

ecole maternelle Archives - Ouikili

Un alphabet magnétique pour apprendre à lire et écrire !

Apprentissage des lettres en maternelle avec un alphabet magnétique !

L’apprentissage de l’alphabet se fait dès le plus jeune âge, pour acquérir au fil des années la connaissance des lettres. D’abord le nom, puis le son et enfin la graphie des lettres. En petite section de maternelle, les enfants apprennent à reconnaître la première lettre de leur prénom, puis à écrire en lettres capitales. À la fin de la grande section, ils connaîtront toutes les lettres de l’alphabet. Un alphabet magnétique est un moyen ludique pour les enfants de reconnaître les lettres de l’alphabet et d’écrire facilement leurs premiers mots. Zoom sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez l’enfant !

Apprendre à lire et à écrire au CP, ça se prépare dès l’école maternelle !

L’apprentissage de la lecture et de l’écriture se fait au CP, véritable classe « charnière » dans l’enseignement des enfants. Mais en réalité, cet apprentissage est le fruit d’un enseignement qui commence dès l’école maternelle. En effet, c’est dans ces premières années de classe que l’enfant développe son langage, pour entrer ensuite doucement dans la lecture et l’écriture.

C’est pourquoi, dès la petite section de maternelle, les élèves travaillent sous différentes formes pour acquérir une conscience phonologique, puis la connaissance des lettres, et enfin le principe alphabétique. Ces 3 paliers sont la clé pour bien préparer l’entrée au CP.

Avant de commencer à apprendre à lire ou à écrire, l’enfant doit d’abord prendre conscience que le langage qu’il entend est composé de différents éléments :

  • les mots
  • les syllabes
  • les phonèmes.

Il découvre alors que ces éléments sont représentés à l’écrit par des lettres, qui parfois ne s’entendent pas à l’oral.

Et tout comme le repérage dans le temps, ce cheminement se fait tout au long de l’école maternelle.

La connaissance des lettres en maternelle : découvrir la relation entre l’oral et l’écrit

Dans l’apprentissage du français, comme pour toutes langues alphabétiques, l’apprentissage de l’alphabet joue un rôle fondamental dans l’apprentissage de la lecture. Cet apprentissage commence en maternelle pour s’assurer que dès l’entrée au CP les enfants comprennent que les lettres ou combinaisons de lettres (graphèmes à l’écrit) représentent les sons (phonèmes) des mots à l’oral. C’est la découverte de la relation entre l’oral et l’écrit. 

En début de petite section de maternelle, les enfants ne font souvent pas la différence entre le dessin, le graphisme, un pictogramme, etc. Petit à petit, l’enfant comprend qu’il existe une différence entre le dessin et l’écriture (qui porte un sens). On parle ici par exemple du fait de reconnaître son prénom accompagné de sa photo sur le porte-manteaux (comme celle ici sur la photo issu du blog La Classe de Laurène).

L’enseignement se poursuit ensuite pour apprendre à l’élève de passer d’un repère visuel à un repère linguistique : l’initiale du prénom, puis les syllabes du prénom en moyenne section, etc. Le principe est d’éviter que l’enfant mémorise visuellement, mais commence à comprendre le fonctionnement alphabétique.

C’est grâce à toutes sortes d’activités que les enseignants emmènent les enfants à faire la relation entre l’oral et l’écrit. C’est notamment le cas avec les comptines, qui sont connues par cœur par les enfants, et pour lesquelles il est aisé de montrer aux enfants (en suivant le texte du doigt) que le chant oral est une succession de mots.

Un apprentissage non explicite dès la petite section

Au fil de ses apprentissages, l’élève mémorise et enrichit ses connaissances phonologiques, morphologiques et orthographiques qui ne lui sont pas enseignées explicitement. En maternelle, l’enfant n’est pas capable d’expliquer la structure du langage oral et écrit, mais il commence à assimiler certains éléments. C’est pourquoi il est important d’exposer régulièrement les enfants de maternelle à la langue orale et écrite.

L’enfant est capable d’utiliser très tôt des connaissances acquises en faisant des correspondances entre un mot écrit et un mot entendu à l’oral, même s’il n’a pas conscience de l’association d’idées qu’il opère entre l’oral et l’écrit. Ce n’est que petit à petit, en continuant de travailler implicitement sur ces éléments, que l’enfant prend conscience de la relation orthographique et phonologique, et la renforce. Si ces éléments ne suffisent pas à eux seuls à entrer dans la lecture et l’écriture, ce sont de bonnes bases d’apprentissages lorsque l’instruction de la lecture et de l’écriture se fait de façon explicite en classe. Ainsi, plus l’enfant découvre de nouveaux mots, ou lettres, en les rencontrant à plusieurs reprises, plus l’apprentissage sera facilité.

Connaître les lettres : le code alphabétique pour apprendre à lire et à écrire

Atelier correspondance des graphies par Le Blog d’Ann

La connaissance des lettres ne se résume pas à connaître par cœur son alphabet. En réalité, cela repose sur 3 unités : le nom de la lettre, le son de la lettre, puis sa graphie.

L’apprentissage du nom de la lettre est acquis en apprenant l’alphabet, mais pas seulement, puisque l’enfant doit aussi maîtriser sa comptine alphabétique dans le désordre. Il a d’ailleurs été démontré que les élèves qui débutent l’apprentissage de la lecture avec une bonne connaissance des lettres apprennent à lire plus vite, et mieux, que les autres élèves.

Les enfants commencent à apprendre les lettres une par une, puis à combiner celles-ci entre elles du début de la moyenne section à la fin de la grande section de maternelle, pour préparer l’entrée au CP, comme ici avec un atelier sur la correspondance des graphies du Blog d’Ann.

 

Comment stimuler l’apprentissage de l’écriture et de la lecture à la maison ?

Pour stimuler implicitement les enfants à la lecture et l’écriture, il est possible de le faire au quotidien, en intégrant ces deux éléments à la routine familiale. L’important étant de le faire sous forme de jeux, puisque l’apprentissage est plus efficace lorsqu’il se fait dans le plaisir, et dans une situation naturelle plutôt que « forcée ».

La base de l’apprentissage de l’écriture et de la lecture se fait grâce aux connaissances du langage oral que l’enfant a acquises depuis sa naissance. Il est donc primordial de prendre le temps de discuter chaque jour avec son enfant !

Plus l’enfant aura acquis une aisance pour s’exprimer à l’oral, plus il lui sera facile de développer un langage écrit en utilisant son vocabulaire.

Un petit jeu facile à mettre en place est de laisser l’enfant s’exprimer sur ses sentiments, ou en l’aidant à le faire en le questionnant pour qu’il parvienne à mieux expliquer ce qu’il veut dire.

La lecture de livres au quotidien est primordiale, tant pour développer le vocabulaire de l’enfant que pour lui faire comprendre implicitement que ce qui est écrit a un sens à l’oral.

Au quotidien, vous pouvez également faire comprendre à votre enfant l’importance de l’écriture dans vos activités : faire une liste de course, laisser un mot sur le frigo pour papa ou maman, etc.

Lorsqu’il commence l’apprentissage de l’écriture à l’école, vous pouvez lui donner de petites tâches d’écriture à la maison comme écrire la liste des invités pour Noël ou un petit mot pour papi ou mamie, etc.

Et surtout, félicitez-le pour ses efforts et soulignez ses progrès pour qu’il croie en ses capacités et ait envie de persévérer dans cet apprentissage.

Un alphabet aimanté pour apprendre à écrire avec Ouikili

 

Lorsque l’enfant débute l’apprentissage de l’alphabet, rien de tel qu’un support à manipuler pour apprendre en s’amusant. Chez Ouikili, j’ai voulu ajouter le lot d’alphabet magnétique à utiliser sur le calendrier, puisque c’est un support déjà pris en main par l’enfant. En effet, les plus petits ont déjà pris l’habitude de manipuler les magnets pour connaître leur planning de la semaine, il est donc facile d’ajouter les lettres de l’alphabet au tableau, pour apprendre en jouant.

Pourquoi un alphabet aimanté dès la maternelle ?

Alphabet magnétique OuikiliParce que c’est ludique ! Les enfants manipulent et apprennent tout en jouant avec l’adulte qui nomme chaque lettre ou mot formé.

L’avantage de l’alphabet magnétique, c’est qu’il peut se fixer sur de nombreux supports. Il est donc facile à utiliser dans plusieurs pièces de la maison comme dans la cuisine en plaçant les magnets sur le frigo. C’est à la vue de tous, et extrêmement valorisant pour l’enfant qui commence à écrire seul.

Enfin, manipuler les lettres de l’alphabet est stimulant pour l’enfant. Il apprend à réaliser ses premiers mots à l’écrit, seul !

Le lot de 72 lettres magnétiques de Ouikili est un alphabet coloré pour encourager les enfants à manipuler de jolis magnets.

Comment utiliser l’alphabet magnétique avec les enfants ? Idées de jeux !

Idées utilisation du verso du tableau Ouikili

Il existe différents jeux qu’il est possible de faire avec un alphabet aimanté. Si vous avez un calendrier magnétique pour enfant Ouikili, vous pouvez vous servir du verso du support pour étaler les magnets et/ou former les mots.

Reconnaître les lettres de l’alphabet

Rien de plus simple : on étale toutes les lettres sur la table et l’on s’amuse à retrouver les lettres identiques. L’adulte peut alors nommer les lettres « T comme Table » et demander à l’enfant s’il connaît d’autres mots commençant par le même son. Cela permet à l’enfant de commencer à se familiariser avec le nom des lettres et leur son.

On peut également profiter de ce petit jeu pour ranger les lettres par ordre alphabétique. Mais pour cela, l’enfant aura besoin de l’adulte puisqu’en maternelle on ne connaît pas encore la comptine alphabétique.

Trouver les lettres de son prénom

Dès la petite section de maternelle, l’enfant apprend à reconnaître la première lettre de son prénom. On peut alors profiter d’avoir un alphabet magnétique à la maison pour proposer à l’enfant de retrouver l’initial de son prénom dans le tas de magnets.

Lorsque l’enfant grandit, on peut également mettre à sa disposition les lettres de son prénom et lui proposer de les remettre dans l’enfant.

Utilisation des magnets Ouikili comme modèle pour écrire des motsCréer des mots simples avec un modèle

Lorsque l’enfant est en grande section, on peut alors lui proposer de former des mots simples sur le calendrier à l’aide de l’alphabet aimanté.

Il existe plusieurs petits jeux possibles, selon le niveau de l’enfant :

        Écrire un mot sur le tableau et lui demander de retrouver les lettres dans le tas de magnets pour l’écrire à son tour ;

        Nommer à l’oral un mot simple et proposer à l’enfant de retrouver les lettres qu’il entend, puis lui proposer d’essayer d’écrire le mot ;

        Utiliser les magnets du calendrier Ouikili comme modèle : on place par exemple le magnet « maison » et on écrit le mot maison avec les lettres magnétiques à côté. Cela permet à l’enfant de se familiariser avec la correspondance image/mot et l’association de sons pour former des mots familiers ;

        Pour les plus grands, amusez-vous à écrire un mot avec les magnets qu’il devra écrire au feutre en écriture cursive (ou inversement).

 

L’alphabet magnétique n’est pas le seul moyen de travailler sur l’apprentissage des lettres. Il existe d’autres outils comme le loto des lettres, le memory des lettres ou encore des abécédaires. N’hésitez pas à varier les supports et à composer en fonction de l’envie des enfants !

 

 

 

Lire la suite

Vacances chez les grands-parents : bien préparer les enfants !

Mon enfant part en vacances chez ses grands-parents : comment faire pour que la séparation se passe au mieux ?

C’est décidé, les enfants iront passer les prochaines vacances chez les grands-parents ! Que ce séjour soit une grande première ou non, quoi qu’il en soit, cela ne s’improvise pas. Entre planning, organisation du séjour et gestion du petit chagrin qui se fait sentir en pensant à papa et à maman une fois sur place, ces vacances ne sont pas toujours de tout repos. Le manque des parents et la distance sont parfois même très durs à vivre pour nos enfants. Comment faire pour que tout se passe au mieux ? Voici quelques pistes et conseils pour des vacances sereines !

 

Vacances chez les grands-parents : la confiance avant tout !

vacances chez les grands-parents
Les vacances chez les grands-parents sont souvent synonyme de temps de qualité et de supers moments !

Ce n’est un secret pour personne, les parents ont souvent recours aux grands-parents pour faire garder les enfants pendant les vacances scolaires. Que ce soit de manière régulière ou occasionnelle, chaque famille s’organise comme elle le peut pour que les enfants s’amusent et passent du bon temps pendant les vacances. Ces vacances chez Papi et mamie sont d’ailleurs souvent l’occasion de tisser ce lien précieux qui unit ces deux générations.

Et comme on parle de lien, n’oublions pas de parler de confiance. Et là, c’est plutôt entre les parents et les grands-parents que cela se passe. La première des choses à faire pour que les enfants se sentent bien loin de chez eux, c’est qu’ils sentent que vous avez confiance en la ou les personnes à qui vous les confiez. Plus vous serez dans de bonnes circonstances quant au départ, et plus vous éloignerez les pensées négatives, plus vos enfants seront sereins de partir !

N’oubliez pas, quand les grands-parents acceptent de garder leurs petits enfants plusieurs jours, ils se rendent généralement très disponibles et toute leur vie tournera autour de cette venue pendant plusieurs jours. Cela ne peut donc que bien se passer, puisque les grands-parents seront à fond (si l’on peut s’exprimer ainsi…).

Pour rassurer les parents, quelques consignes aux grands-parents !

Mais comme quand on est parents, on ne se refait pas ! Bah oui, c’est la prunelle de nos yeux qu’on laisse partir tout de même… Donner quelques conseils et consignes aux grands-parents peut s’avérer rassurant (parfois pour eux, souvent pour nous !). Et surtout nécessaire pour tout ce qui tourne aux habitudes de vie de nos petites têtes blondes.

Pour vous rassurer, il ne faut pas hésiter à donner quelques consignes ou quelques pistes aux grands-parents, même si on sait très bien que 9 fois sur 10, ils feront comme ils veulent ! Et oui, ça fait partie du « package », et heureusement d’ailleurs ! Car nos enfants ont une vie bien différente chez papi et mamie, et c’est plus drôle comme ça !

Ainsi, on peut donner quelques consignes sur les points suivants :

Vacances chez les grands-parents
On donnes quelques indications sur les essentiels

– La nourriture : préciser les habitudes alimentaires de l’enfant, ses horaires de repas (surtout pour les plus petits), ses goûts, ses habitudes (tenir la cuillère lui-même, le choix du verre à table, etc.). C’est aussi une bonne occasion de glisser qu’il refuse tel aliment alors si papi et mamie trouvent le moyen de lui faire aimer, ce serait génial !

– Le sommeil : le coucher est le point le plus important, car l’enfant a souvent un rituel bien ancré à la maison et le changement dans ses habitudes peut le dérouter quelque peu. Il est donc préférable de bien expliquer les petits rituels du coucher pour tranquilliser l’enfant. Lecture, bisous, verre d’eau, doudou, sucette, veilleuse, etc. tout doit être passé en revue ! Cela donne des pistes aux grands-parents pour éviter un coucher qui s’éternise 😉

– La santé : bien évidemment, on glisse le carnet de santé dans la valise des enfants. Mais surtout, on n’oublie pas de donner des directives claires sur les vitamines et traitements éventuels que prend l’enfant, et surtout de bien préciser les allergies !

Pour le reste, laissez de la liberté aux grands-parents et ne cherchez pas à tout contrôler (oui, on sait, c’est dur !). Donner trop de consignes peut envoyer le signal que vous êtes anxieux. Pour des vacances sereines, il faut lâcher prise ! Parfois les parents s’inquiètent que leurs enfants prennent de mauvaises habitudes chez les grands-parents dont ils auraient du mal à se défaire ensuite (télé, coucher tardif, etc.). En réalité, les enfants savent faire la différence entre chez lui et chez Papi et mamie. Il n’y a donc pas lieu de stresser.

Préparez son enfant à partir en vacances chez ses grands-parents

Pour les tout-petits, pas la peine de les préparer longtemps à l’avance. Les jeunes enfants vivent au jour le jour, et ont souvent du mal à visualiser ce qui va se passer les prochains jours. Il faut donc adapter selon l’âge de l’enfant et lui parler de ces vacances quelques jours avant le départ. On lui explique simplement qu’il va aller chez Papi et Mamie, à quel endroit, quand on reviendra le chercher, et on compte les dodos !

Parlez de ce séjour comme une merveilleuse idée en lui racontant ce qu’il va faire et que ça va être un peu la fête. Il doit sentir que vous vous réjouissez pour lui (on laisse donc de côté ses angoisses) pour qu’il accueille cette nouvelle avec entrain !

Voici quelques conseils avant le départ pour optimiser vos chances que le séjour se passe sereinement.

Un compte « dodos »

Compte dodos
Quelques jours avant le départ, on compte les dodos !

Quelques jours avant le départ en vacances, parlez à votre enfant du séjour et de sa durée. Comme le jeune enfant repère difficilement le temps et vit au jour le jour, proposez-lui de « compter en dodo ». Vous pouvez par exemple compter les dodos qu’il reste avant de partir, mais aussi mettre en place un compte dodo pour le temps qu’il passera chez ses grands-parents. Il saure ainsi le nombre de jours qu’il reste à passer loin de la maison et de ses parents.

L’utilisation du calendrier Ouikili permet justement de préparer doucement l’enfant à la séparation à l’aide d’images familières qui lui permettent de visualiser les jours à venir et de compter les dodos qui le séparent d’un événement important.

Vacances chez les grands-parents
Une idée: donner à son enfant sa boite à magnets avec le nombre de dodos chez papi et mamie !

 

 

 

 

Pour la durée du séjour, pour éviter de transporter le calendrier, on peut donner à son enfant sa boîte à magnets avec le nombre de dodos qu’il fera chez papi et mamie. On peut lui proposer de les coller sur le frigo ou les placer sur la table de chevet et de remettre un magnet dodo dans la boite chaque matin au réveil !  

 

 

 

Magnet départ en vacances OuikiliFaire la valise ensemble

La préparation de la valise est l’occasion idéale d’anticiper le séjour et de le faire participer à cet événement. Les enfants sont souvent bien plus heureux de partir quand ils ont préparé eux-mêmes leurs petites affaires.

 

 

Expliquer comment va se passer le départ

Sans en faire trop, expliquer simplement à l’enfant comment va se dérouler la journée : qui va le chercher ou l’emmène, à quelle heure, etc. L’enfant aura des repères rassurants pour ne pas être pris au dépourvu au moment des au revoir Il est également important de ne pas partir sans lui dire au revoir. Mieux vaut donc éviter le temps de sieste pour s’éclipser… Si au moment de partir votre Loulou pleure, ne l’en empêchez pas. Accueillez son émotion avec bienveillance en lui disant que vous comprenez sa tristesse, que vous la partagez, mais que vous êtes heureux de le voir partir pour passer un bon séjour. On peut à la fois être triste de quitter papa et maman, et d’être heureux à l’idée des vacances qui s’annoncent.

Ne pas téléphoner plus que nécessaire

On en a tous envie : appeler les enfants pour savoir si tout se passe bien. Seulement voilà, parfois cela peut les déstabiliser quelque peu en leur rappelant à quel point nous leur manquons. Il est donc parfois préférable de prendre des nouvelles auprès des adultes. Sinon, préférez les appels dans la matinée plutôt que le soir au coucher, qui est toujours un moment plus difficile avec la fatigue de la journée.

Et si votre enfant vous réclame, faites confiance aux grands-parents. Ils sauront lui changer les idées et l’occuper, sans que vous ayez besoin de sauter dans le premier train pour le récupérer. Aidez votre petit bout en l’aidant à compter les dodos et en le réconfortant à distance.

Et si cela ne suffisait pas ?

Vacances sans les parentsSi malgré tous ces conseils vous n’arrivez pas à éviter le chagrin de votre enfant au milieu du séjour, pensez à ajouter un petit quelque chose la prochaine fois dans sa valise pour créer un lien avec la maison. Ouikili a conçu un kit de Vacances loin de la maison qui permet justement de préparer à la séparation, de compter les dodos et raconter ses vacances en images au retour.

Je finirais par quelque chose d’essentiel : ne vous inquiétez pas si c’est le chaos à son retour ! Souvent, les enfants changent de comportement au retour des parents (ils se mettent à ne plus écouter et chahuter dans tous les sens), alors que tout s’est bien passé pendant le séjour. C’est normal ! Ils déchargent leurs émotions contenus pendant le séjour mais pas d’inquiétude, tout rentrera très vite dans l’ordre.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Se repérer dans le temps en maternelle et à la maison

Se repérer dans le temps en maternelle : un apprentissage en douceur

« Hier », « aujourd’hui », « demain », « tout à l’heure », « la semaine prochaine », etc. sont des termes que nous utilisons tous quand nous nous adressons à nos enfants. Mais pour eux, ces expressions qui font référence au temps leur sont bien étrangères. Il est donc parfois difficile de communiquer avec eux lorsque l’on veut leur expliquer quel sera le planning des jours ou semaines à venir. Les enfants apprennent à se repérer dans le temps en maternelle, mais au quotidien il est possible de les aider à acquérir ces notions. Pourquoi ou comment leur donner des repères dans le temps ? On fait le point avec vous.

Pourquoi aider son enfant à se repérer dans le temps ?

Se repérer dans le temps en maternelleApprendre à structurer le temps et appréhender la notion d’espace sont des apprentissages fondamentaux. Ces deux éléments sont d’ailleurs intimement liés et sont souvent travaillés de paires dès que les enfants entrent en maternelle. Le temps a une composante sociale extrêmement forte qui ne joue pas seulement sur les adultes. En effet, l’enfant qui entre en maternelle subit (parfois de manière forte, en fonction des enfants) des contraintes de temps. Par exemple, son arrivée à l’école est prévue à heure fixe, la durée de la récréation est bien déterminée ou encore le temps qu’il reste avant l’heure des parents peut lui sembler long. Plus tôt les enfants seront familiarisés avec ces notions, plus vite ils seront à l’aise pour maîtriser le temps qui passe. Apprendre à structurer le temps est également fondamental puisque de nombreux autres apprentissages vont s’appuyer sur cette notion. En voici 3.

Créer des automatismes

À un certain âge, chaque geste du quotidien devient un combat contre l’enfant qui saisit toute occasion pour s’opposer à l’adulte. Ainsi, lui demander de s’habiller, de se brosser les dents ou encore de mettre ses chaussures pour partir devient une vraie épreuve. Donner à l’enfant des repères quant aux gestes du quotidien, à différents moments de la journée, crée des automatismes et facilite le quotidien. L’enfant est rassuré grâce à la mise en place d’une routine et se montrera moins dans l’opposition.

Le rassurer

L’inconnu est souvent angoissant pour l’enfant. Ne pas savoir ce qu’il va faire d’un jour sur l’autre peut donc créer une inquiétude qu’il est possible d’éviter en aidant l’enfant à se repérer dans le temps. Ces repères temporels les rassurent, surtout s’ils ont un planning particulièrement chargé avec des rendez-vous chez l’orthophoniste ou le psychomotricien par exemple.

Anticiper les apprentissages futurs

Savoir se repérer dans le temps est un long apprentissage. C’est une donnée abstraite que l’enfant met plusieurs années à acquérir, en avançant par étape. Introduire suffisamment tôt des repères peut donc être utile pour permettre à l’enfant d’acquérir progressivement les connaissances. C’est ainsi que les enfants apprennent d’abord les moments de la journée (matin, après-midi et soir), puis les heures, les jours de la semaine, les mois de l’année, etc.

Comment l’enfant apprend-il à se repérer dans le temps en maternelle ?

En classe, les maîtresses mettent en place de nombreuses situations pratiques pour apprendre aux élèves de petites sections, moyennes sections et grandes sections à se repérer dans le temps. Ces situations sont travaillées autour de 5 axes.

          Appréhender le temps social de l’enfant : cela consiste à étudier la structure d’une journée vécue, et de la replacer petit à petit dans un contexte plus large (les semaines, les mois, les saisons et les années).

          Apprendre à l’enfant à mesurer le temps en utilisant ou en fabriquant des instruments, comme un sablier par exemple.

          Observer les étapes de développement et de croissance. Cela peut être avec un animal (comme le papillon) ou avec des végétaux pour comprendre l’évolution des êtres vivants au cours du temps.

          Faire vivre les notions de durée, de vitesse ou de rythme, souvent à travers des activités musicales ou corporelles.

          Observer comment le temps est perçu dans différentes œuvres d’art, et en réaliser avec les enfants.

Les enseignants se servent de supports pédagogiques comme des comptines, des chansons sur le temps ou encore des livres pour travailler ces notions en section de maternelle.

Comment aider l’enfant à se situer dans le temps au quotidien ?

Outre les apprentissages de l’école, il vous est possible de mettre en place des outils à la maison pour aider votre enfant à se repérer dans le temps dès l’âge de trois ans. Vous pouvez fabriquer vous-même un support, ou vous en procurer un « clé en main » pour vous faciliter les choses. Chez Ouikili, nous proposons des calendriers magnétiques pour enfants personnalisés qui les aident à différents niveaux, dès leur entrée en école maternelle.

 

➜ Se repérer dans la journée

 

Se repérer dans le temps en maternelle
La journée

L’enfant a besoin de repères visuels pour apprendre à se repérer dans le temps, ou savoir ce que l’on attend de lui à différents moments de la journée. L’utilisation d’un calendrier avec des magnets repositionnables permet de représenter les différentes activités de la journée, en le personnalisant pour chaque enfant. Le planning visuel est plus simple pour l’enfant, car il n’y a pas de référence horaire. Les différentes étapes de la journée en images suffisent pour qu’ils comprennent le déroulement de la journée ou de la semaine à venir. En plus, c’est ludique !

Ce type de calendrier permet à l’enfant :

– D’identifier, nommer et se repérer dans les différents moments de la journée : matin, midi, après-midi, soir et nuit ;

– D’utiliser les termes « avant », « après », « maintenant » en se servant à chaque fois du support pour faciliter les apprentissages ;

– Repérer les différentes activités de la journée, selon le moment où elles ont lieu ;

– Anticiper des changements d’activités dans une journée « habituelle ».

➜ Se repérer dans la semaine

Se repérer dans le temps en maternelle
Planning enfant

Le repérage au cours de la semaine permet d’échanger avec l’enfant de ce qu’il va se produire. Que le planning de la semaine soit relativement simple, ou plus compliqué, ne pas être dans l’inconnu rassure toujours l’enfant.

L’utilisation de planning pour les enfants permet par exemple d’associer un événement régulier à un jour précis de la semaine, et de pouvoir l’anticiper. Ou encore de situer la journée dans un temps proche, comme « hier » ou « demain ». Enfin, cela permet à l’enfant de commencer à acquérir la mise en place de la relation entre « jour » et « semaine ».

➜ Se repérer dans l’année

Se repérer dans le temps en maternelle
Poutre du temps Ouikili

On le sait, les enfants vivent dans le présent. Pour eux, tout est « tout, tout de suite ». Mais nous le savons aussi, tout n’est pas si simple et il est parfois difficile de faire comprendre la notion d’attente à l’enfant. Lui proposer un calendrier pour y noter son planning peut l’aider à comprendre où l’on se situe dans l’année grâce à l’utilisation des saisons ou de la date par exemple.

La poutre du temps Montessori est également un bon support pour aider l’enfant à se repérer dans l’année. Cette frise représente tous les jours de l’année et permet à l’enfant de repérer visuellement la distance qui le sépare de Noël, de son anniversaire, ou encore des prochaines vacances.

Pour vous aider, la Poutre du temps Ouikili est en téléchargement gratuit. 

 

 

Les tout-petits vivent dans l’immédiat, et apprendre à se repérer dans le temps demande du temps. Nous, parents, devons donc être patients quant à l’apprentissage de certaines notions. Mettre en place des outils est une fabuleuse idée pour aider les enfants qui ont besoin de visualiser leur journée. Mais entre nous, cela ne vous exonèrera pas pour autant des questions telles que « maman, ce matin est-ce que c’est aujourd’hui ? ». Profitez-en, ces petits instants mignons ne dureront pas !

 

 

 

 

Lire la suite

La première inscription à l’école maternelle

 

Votre enfant n’a pas encore soufflé sa 3ème bougie qu’il faut déjà penser sa première inscription à l’école maternelle… quelle étape pour les parents ! Si ce n’est pas déjà fait, il est donc temps de penser à inscrire vos enfants pour la prochaine rentrée de septembre 2018…

Pour vous accompagner, voici les grandes étapes par lesquelles vous devrez passer. Courage les parents !

 

 

 

Pour plus d’information : http://www.education.gouv.fr/cid161/l-inscription-a-l-ecole-maternelle.html

Pour connaitre les dates de première inscription à la maternelle dans votre commune, contactez votre mairie.

Et pour préparer vos enfants au changement de rythme, Ouikili sera là pour vous aider cet été ! 

 

 

 

Lire la suite
Ma boîte à magnets