PRECOMMANDE DE NOEL : Les précommandes de Noël concernent vos magnets chouchous (actuellement en rupture de stock) et seront livrés début décembre. Pour les commandes avant cette date, il reste de nombreux magnets en stock pour créer de supers calendriers !

Cathy-Laure, Fondatrice de Ouikili.

 

maternelle Archives - Ouikili

Se repérer dans le temps en Petite Section de Maternelle

Comment aider son enfant à se repérer dans le temps en Petite Section de maternelle et comment l’aider à comprendre le déroulement de sa journée ? A quelques dodos de la première rentrée de leur enfant, de nombreux parents se posent ces questions, parmi tant d’autres !

 

Comme chaque année, j’ai une pensée particulière pour les parents qui vivent la première rentrée scolaire de leur enfant. On croit toujours se préparer mais en réalité, nous n’avons pas vu défiler les 3 premières années et soudainement notre bébé rentre à l’école… Va-t-il réussir à faire la sieste ? et que se passe-t-il en cas d’accident de pipi ? Est-ce qu’il va vraiment tenir le rythme ? toute la journée, c’est quand même long… Sans parler du stress du premier jour ! On en parle ici : Les émotions de la rentrée

Les questions se bousculent dans vos têtes et c’est bien normal non ?

Rassurez-vous, votre enfant sera bien entouré par sa maîtresse/son maître et son atsem qui savent très bien que la rentrée des classes est un bouleversement 🙂

L’objectif des premières semaines est surtout de familiariser votre enfant avec l’école et son fonctionnement et pour cela, toutes les activités sont ritualisées ! Pour en savoir plus, je vous laisse d’ailleurs redécouvrir cet article sur  Les rituels de l’école en Petite Section

Alors comment les aider à la maison ?

Parler de la journée à l'aide des magnets

Il est très probable que votre enfant ne soit pas très bavard à son retour de l’école ! A la question « alors, qu’est-ce tu as fait aujourd’hui ? il est vous répondra certainement « ze sais pas … »

Il ne vous dira pas que les passages aux toilettes sont très fréquents (avant chaque activité ou récréation) et les lavages de mains obligatoires (!), qu’il a appris à mettre son manteau seul en le posant sur le sol, que les enfants font le petit train pour aller en récréation, que souvent les atsem mettent un peu de musique dans le dortoir de la sieste, et qu’il a mangé comme un grand à la cantine !

Si vous souhaitez favoriser l’échange et permettre à votre enfant de vous parler de sa journée, vous pouvez utiliser les magnets que vous aurez à disposition. En orientant les questions à l’aide des images, votre enfant parviendra à vous montrer le déroulement de la journée. Pour qu’il mette les images dans l’ordre, il faudra encore attendre un peu 😉

Mais vous aurez au moins quelques informations, et c’est un beau moment d’écouter son enfant parler de sa journée.

 

Simplifier le calendrier 

Je le répète très souvent : il est inutile de surcharger le semainier de trop d’informations !

Lorsque l’enfant rentre à l’école à 3 ans, il n’a besoin que de quelques magnets qui permettront de répondre aux questions qu’il se pose :

– Est-ce que je vais à l’école aujourd’hui ?

– Est-ce que je vais à la cantine ou est-ce que je mange à la maison ou chez nounou ?

– Qui vient me chercher à l’école ?

Car on oublie trop souvent que l’enfant de 3 ans apprend petit à petit à se repérer dans le temps… une journée peut déjà lui paraitre très longue et certain enfant ont besoin de repérer le déroulement de la journée pour se rassurer, et/ou identifier le moment où il vous retrouvera, tout simplement. Et pour cela, quelques magnets suffisent 😉

Distinguer Matin-midi-soir

Le travail réalisé par les maîtresses/maîtres consiste dans un premier temps à apprendre la distinction entre matin/midi/après-midi grâce aux rituels de l’école ; le moment important étant le temps de midi qui permets de faire la coupure entre le matin et l’après-midi : l’heure du repas est le moment de la cantine (ou l’heure des parents), puis vient le moment de la sieste qui marque le début de l’après-midi.

A la maison, vous pouvez poursuivre ce travail en plaçant sur le calendrier les magnets matin-midi-soir qui aideront votre enfant à visualiser le temps passé à l’école et celui du soir où il rentre à la maison.

Progressivement, lorsque cette notion sera acquise, vous pourrez ajouter de nouveaux magnets sur le calendrier.

Ouikili est évolutif, son objectif est d’accompagner votre enfant dans son apprentissage du temps, à son rythme, et surtout en fonction de son âge 🙂

 

N’hésitez pas à suivre Ouikili sur les réseaux sociaux Instagram ou Facebook où je donne régulièrement quelques conseils d’utilisation du calendrier Ouikili.

Chers parents, je vous souhaite une belle rentrée scolaire ! Et une super nouvelle aventure à tous les enfants !
Cathy-Laure

 

 

Lire la suite

La première inscription à l’école maternelle

 

Votre enfant n’a pas encore soufflé sa 3ème bougie qu’il faut déjà penser sa première inscription à l’école maternelle… quelle étape pour les parents ! Si ce n’est pas déjà fait, il est donc temps de penser à inscrire vos enfants pour la prochaine rentrée de septembre 2018…

Pour vous accompagner, voici les grandes étapes par lesquelles vous devrez passer. Courage les parents !

 

 

 

Pour plus d’information : http://www.education.gouv.fr/cid161/l-inscription-a-l-ecole-maternelle.html

Pour connaitre les dates de première inscription à la maternelle dans votre commune, contactez votre mairie.

Et pour préparer vos enfants au changement de rythme, Ouikili sera là pour vous aider cet été ! 

 

 

 

Lire la suite

Question de parents : Comment utiliser le calendrier avec les enfants ?

« Pensez-vous que je dois mettre les magnets moi-même sur le calendrier et expliquer ensuite le planning à mon fils, ou le laisser faire tout seul ? »

Voilà une question qui m’a été posée dernièrement et qui m’a amené à vous proposer cet article sur l’utilisation du calendrier avec les enfants. Comme toujours chez Ouikili, la réponse dépend évidemment du fonctionnement de chaque famille et de l’âge de l’enfant. Mais, je vous donne quelques pistes…

•••••••

Le contexte

La maman qui m’a posée la question du jour se demandait comment utiliser le planning avec son fils de 4 ans.

Le petit garçon est un peu perdu avec son nouveau rythme depuis que sa maman a retrouvé un travail. Cela faisait des mois qu’elle s’occupait de lui à temps plein pendant sa période de chômage, il n’y avait donc pas de problème de routine puisque maman venait le chercher à l’école tous les jours.

Mais aujourd’hui, ce petit bonhomme doit apprendre les jours de cantine, de garderie, et ceux où maman est à la maison. Pas facile de s’y retrouver. Ses journées sont rallongées et c’est un bouleversement pour lui. Son comportement a changé, il y a plus de pleurs, plus de fatigue et beaucoup de questions !

Sa maman, qui avait vu le reportage sur Ouikili diffusé dans le 12.45 de M6 en octobre dernier, m’a contacté pour avoir quelques conseils.

« Je vous ai vu mettre vous-même les magnets sur le calendrier. Est-ce que je dois le faire à la place de mon fils ? comment je peux le rassurer ? »

Expliquer. Rassurer. Accompagner les enfants vers l’autonomie.

Procédons par étape.

La première découverte du calendrier se fait en famille bien sûr !

Qu’est-ce que c’est que ce tableau et comment ça marche ? C’est un objet un peu surprenant qu’il faut un peu apprivoiser. Alors, quel que soit l’âge de l’enfant, ce sont les parents qui expliquent le fonctionnement du planning. Les premiers temps, on les accompagne pour poser les magnets correspondant à la routine du jour ou de la semaine. On pose des mots sur les images, on les laisse découvrir. Et très vite, les enfants se l’approprient !

Oui mais ensuite ?

Un temps d’échange parents-enfants

Quand ils n’ont aucune notion du temps, et qu’on laisse les enfants face au calendrier, voilà ce que ça peut donner….

Comme le calendrier est avant tout un outil pour expliquer le planning de la semaine à nos enfants, je conseille de faire de ce moment un temps d’échange entre parents et enfants.

Le but du calendrier est justement d’expliquer aux enfants – qui sont trop petits pour comprendre seul – les événements importants de leurs routines et ceux qui changent d’une semaine sur l’autre. On fait AVEC eux. On leur propose les magnets, on leur montre où les placer et pourquoi, et on les laisse manipuler seul. C’est la répétition de ce rituel qui permettra à l’enfant d’intégrer sa routine.

 

A quelle fréquence ?

Le dimanche soir pour la semaine qui arrive ? chaque soir avant le coucher ? le matin ? Chaque famille trouvera son moment idéal !

Cependant, il arrive que les enfants n’aient pas envie, ou pas besoin de parler du planning. Ce n’est pas grave ! C’est peut-être le signe que la routine est intégrée ou qu’il n’y aucune angoisse cette semaine. Tant mieux !

Chez nous, Ma Nounette est plutôt cool face aux événements, elle n’a pas besoin du calendrier chaque semaine. En revanche, elle aime bien s’y référer ponctuellement, surtout quand il y a des événements spéciaux. Dans ce cas, je le prépare moi-même, et quand viennent les questions, on va voir le calendrier.

Quand la routine est intégrée, l’autonomie s’installe

Progressivement, il ne sera plus nécessaire de montrer les magnets à utiliser ou de les mettre nous-mêmes. Il suffira par exemple de dire que « demain, après ce dodo, tu vas à la cantine et quand c’est l’heure des papas et des mamans, tu iras à la garderie. C’est papa qui viendra te chercher », ou « dans 2 dodos, tu vas dormir chez mamie et papi ».

Votre enfant mettra lui-même les magnets en place et apprendra enchaînement des événements d’une journée. Vous serez surpris de voir comme les enfants comprennent vite !

En grandissant, plutôt à partir de la grande section (mais là encore, tout dépend de l’enfant !), les enfants utiliseront le calendrier en autonomie. Quand un événement change dans la semaine, il suffit de dire « jeudi, on va chez le docteur après l’école ».

Respecter la logique de l’enfant

Notre façon de penser n’est peut-être pas celle de nos enfants… le calendrier fait par les parents ne ressemblent pas toujours à celui fait par les enfants ! Je vous propose par exemple celui de mon fils. A première vue, on pense que papa et maman sont séparés, mais selon lui, le fait de mettre les magnets de papa le week-end correspond au moment de la semaine où il passe le plus de temps avec lui. C’est vrai… Je ne voyais pas les choses comme ça, mais c’est c’est sa façon de l’exprimer.

N’oublions pas que le calendrier est à eux et doit permettre de les aider alors respectons leur logique ?

 

Je serai curieuse d’en savoir plus sur votre propre utilisation du calendrier en famille, vous avez peut être une autre méthode ? N’hésitez pas à la partager avec les autres parents 😉

A bientôt !

Cathy Laure

 

 

Lire la suite

Les rituels à l’école, ou l’apprentissage de la notion de succession.

En Petite Section de maternelle, pas facile de savoir ce que nos enfants font de leur journée. Après un mois d’école, Ouikili fait un premier bilan sur l’apprentissage du temps pour les tout-petits.

A la question : « Qu’est-ce que tu as fait à l’école aujourd’hui ? ».

Au pire, on obtient des « Ze sais pas », « Ze me rappelle plus… » ou un simple haussement d’épaule qui renvoie aux deux phrases précédentes.

Au mieux, on obtient des « Z’ai joué » et parfois même des détails croustillants : « Z’ai fait de la peinture » ou de la pâte à modeler, un dessin, etc.

En réalité, les enfants ont commencé les apprentissages sans même sans rendre compte !

La mise en place d’activités ritualisées

Les premières semaines d’école doivent permettre aux enfants de s’adapter à leur nouvel environnement et de comprendre le fonctionnement de l’école. Pour cela, les maîtres et les maîtresses mettent en place ce qu’ils appellent des activités ritualisées, ou activités repères.

La liste n’est pas exhaustive, mais il y a entre autres l’accueil du matin, l’étiquette de présence, le repérage de son nom sur l’étiquette, l’atelier du jour, le passage aux toilettes, la recréation, les histoire et comptine, l’attente de l’heure des papas et des mamans, le repas, la sieste, l’atelier de l’après-midi, et à nouveau l’attente de l’heure des papas et des mamans.

Chaque jour, la même routine se répète dans la classe autour des mêmes activités. Ces rituels ont chacun un objectif pédagogique : le vivre-ensemble, le développement du langage, la motricité, et l’apprentissage du temps bien sûr !

Repérer les moments de la journée, ou l’initiation à la notion de succession.

La répétition des activités permet aux enfants de repérer les moments clés de la journée et de percevoir la succession des événements.

Nous le savons, les tout-petits ne se repèrent pas dans le temps naturellement. Lorsqu’ils vont à l’école, ils ne connaissent que le temps de l’attente (l’attente de papa et maman, l’attente de la récré, etc.). Pour leur permettre de comprendre et d’organiser les événements les uns par rapport aux autres, il faut illustrer le temps par des « temps vécus ».

C’est pourquoi, en classe, les maîtresses utilisent des frises horizontales avec des photos pour illustrer les moments clés de la journée, et s’y réfèrent tout au long de la journée pour permettre aux enfants de se situer dans le temps.

Voici un petit exemple. Vous remarquerez certainement une frise de ce genre dans la classe de votre enfant.

Les objectifs pédagogiques

Chaque support utilisé en classe a un objectif pédagogique. Et oui, les maîtresses savent ce qu’elles veulent ! En ce qui concerne la frise du temps, l’objectif est double en petite section de maternelle :

Repérer le matin et l'après-midi, le challenge des premières semaines d'école !

En petite section de maternelle, de nombreux enfants ne font pas la différence entre le matin et l’après-midi. Le repas et la sieste deviennent donc des moments clés pour aider les enfants à distinguer les deux temps de la journée.

Dans les premières semaines, la frise du temps est souvent réduite à la demi-journée pour bien couper la journée en deux : les rituels avant le repas, c’est le matin. La sieste, c’est l’après-midi.

 

Développer le langage lié au temps

En se référant à la frise tout au long de la journée, la maîtresse utilise le vocabulaire approprié :

Maintenant – Avant – Après 

Les enfants peuvent montrer la photo du moment de la journée : »Maintenant, on va en récréation » et sont progressivement capable de parler de l’activité qui vient de se dérouler : »Avant, on a fait un dessin » et l’activité qui suit « Après, on lit une histoire ».

Vous l’aurez compris, nos enfants ne chôment pas ! et derrière un « Z’ai zoué » se cache de nombreux apprentissages.

Les Moyens et les Grands continuent aussi leur apprentissage du temps, on en parle bientôt !

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Les émotions de la rentrée des classes

Nous y sommes : lundi, c’est la rentrée des classes. Une journée chargée d’émotions pour nos enfants et pour nous !

Pour une première rentrée à la maternelle, il est quasiment impossible de savoir à l’avance comment nos enfants vont vivre ce moment, et c’est bien ça qui nous angoisse… 

Déchiffrer à l’avance les émotions de la rentrée : mission impossible ! On vous donne des pistes pour vous préparer.

L’enfant heureux d’aller à l’école !

Oui il existe ! Que ce soit pour la découverte, les apprentissages, la sensation de devenir « grand(e) », ou tout simplement pour retrouver les copains, beaucoup d’enfants sont heureux de retourner à l’école ou de la découvrir pour la première fois. Et pour ces enfants, la rentrée des classes devient une formalité !

Vous avez angoissé(e) pendant des semaines en vous demandant comment se passera la rentrée, et votre enfant est tellement pressé de rentrer dans la classe qu’il vous dit à peine au revoir. Vous aurez beau lui demandé si vous pouvez partir, si tout va bien, lui rappeler que vous revenez bientôt, il vous écoute à peine, trop heureux d’aller explorer son nouveau terrain de jeu.

L’enfant boudeur

« Tu es content d’aller à l’école ? » « Non ». Non, il n’est pas content d’aller à l’école. Les vacances, c’est mieux ! Le boudeur fait surement déjà sa deuxième rentrée, alors reprendre le rythme, travailler, devoir se conformer aux règles de l’école, non décidément ça ne lui plait pas ! Pas de panique, ce n’est pas l’enfant qui posera le plus de problème le jour de la rentrée. Il sait qu’il n’a pas le choix, mais il faudra accepter que votre enfant ne soit pas surexcité sur le chemin de l’école, même avec un nouveau cartable ! Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Une fois dans la classe avec les copains, tout sera oublié.

 

La peur de l’école

Ça se complique… Votre enfant est angoissé par la rentrée des classes. Pour tenter de l’apaiser, il faut le rassurer autant que possible car ces enfants ont surtout peur de l’inconnu. Ils ont besoin de tout anticiper et de savoir où ils vont, comment se déroule la journée d’école, qui sera leur maîtresse, à quoi ressemble la classe et  qui viendra les chercher à la sortie de l’école.  L’important est de bien lui expliquer pourquoi il va à l’école, de lui parler des choses positives sans lui cacher les contraintes, et de lui dire où vous serez pendant ce temps-là. Rassurez-vous, il leur faut le temps de la première journée, ou de quelques jours, pour leur permettre d’observer leur nouvel environnement et la nouvelle routine.

 

La cascade de pleurs

Vous accompagnez votre enfant pour la rentrée des classes, tout se passe bien jusqu’au fameux moment de la séparation.

Il faut vous préparer à deux situations :

★ Votre enfant commence à pleurer… il ne veut pas vous quitter.

Vous avez beau le rassurer, lui dire qu’il va bien s’amuser, que vous serez là à la sortie de l’école, rien y fait : il pleure, il s’accroche à vous et chaque parole semble empirer la situation. C’est à ce moment-là que la maîtresse vous demande gentiment de partir. Votre enfant hurle. Votre estomac est noué. Trop tard. Vous n’êtes plus maître de la situation. Il ne vous reste qu’à tourner en rond toute la matinée en vous imaginant le pire : votre enfant a hurlé pendant des heures. FAUX. Dans la majorité des cas, alors que vous attendez impatiemment que la porte de la classe s’ouvre, votre enfant vous saute dans les bras avec un « c’était trop super ! ». La maîtresse vous confirme qu’il a arrêté de pleurer quelques minutes après votre départ et qu’il s’est amusé toute la matinée.

Si ce n’est pas le cas, il faudra alors quelques jours d’adaptation. On ne vous le cache pas, c’est assez fréquent et ce n’est que temporaire. Vous aurez sûrement besoin de rassurer votre enfant et d’essayer de comprendre d’où vient cette angoisse de la séparation. Certains enfants ont du mal à quitter le cocon familial ou le cadre de la nounou ou de la crèche ; certains ne sont pas « prêts ». Les pleurs peuvent durer plusieurs jours. Il ne faut pas céder ou transmettre nos angoisses (facile à dire….). Rassurez-vous, tout fini par s’arranger.

★ Votre enfant ne pleurait pas du tout… avant de voir d’autres enfants pleurer !

Tout allait très bien, mais pourquoi le copain et la copine pleurent ? ah, tiens, s’ils pleurent, c’est qu’il se passe quelque chose d’important ? Quoi ? les parents s’en vont ? C’est l’effet domino. L’influence des pleurs. Quand un enfant commence à pleurer et que les autres le suivent. Classique. Rassurez-vous, ça ne dure pas ! Mais on comprend bien que la maîtresse vous demande de partir pour tenter de gérer la situation !

 

La fatigue : l’émotion de la fin de journée.

Qu’ils soient heureux, boudeur, pleureur ou angoissé, la première journée d’école est chargée d’émotions ! Il n’est donc pas surprenant qu’en fin de journée, tous les enfants soient fatigués.

Profitez-en pour faire le plein de câlins 🙂

On reprend la routine du soir et demain on recommence !

 

Vous pouvez vous amuser à relire cet article en remplaçant le mot « enfant » par le mot « parent » : ça marche aussi 😉

Bonne rentrée à tous !

 

 

 

Lire la suite
Ma boîte à magnets